Un blogueur azéri, ennemi d’Aliev, a des tueurs à ses trousses en France

La police française a arrêté, le 12 juin, deux personnes près d’Angers, soupçonnées d’avoir voulu assassiner Mahammad Mirzali. Reporters sans frontières (RSF) alerte sur cette nouvelle tentative présumée d’assassinat et appelle la France et l’Azerbaïdjan à considérer cette affaire au plus haut niveau de l’État.

La traque azerbaïdjanaise contre Mahammad Mirzali sur le territoire français se poursuit. Deux hommes soupçonnés de vouloir l’assassiner ont été arrêtés par la douane ce dimanche 12 juin à un péage près d’Angers : un Azéri armé d’un pistolet et un Moldave d’origine turque. Chacun conduisait une voiture immatriculée en Pologne, avec pour destination dans leur GPS l’adresse du domicile du blogueur, particulièrement virulent contre le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et sa famille. Une photo de lui figurait dans un téléphone, selon Mahammad Mirzali, qui a déclaré à RSF être “sous le choc” après l’incident. L’un des interpellés aurait déjà été arrêté pour enlèvement, en 2018 à Kyiv, en Ukraine, selon un article dans un média azerbaïdjanais datant de cette époque. 

“Tout semble indiquer qu’il s’agirait d’une nouvelle tentative de meurtre contre Mahammad Mirzali, la troisième et tout aussi terrifiante, déclare la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale, Jeanne Cavelier. Un commando envoyé de l’étranger vient jusqu’en France attaquer un blogueur réfugié pour ses propos contre Ilham Aliev. Cette affaire devrait être considérée au plus haut niveau de l’État.”

Une photo de profil avec une kalachnikov, accompagnée d’une menace claire : “je suis là”. C’est le type de message que reçoit quotidiennement le blogueur, “en moyenne 2 000 par jour, surtout sur YouTube”, affirme-t-il. Mahammad Mirzali a déjà subi deux tentatives directes de meurtre, dont une particulièrement violente à l’arme blanche en plein centre de Nantes, en mars 2021. Fin avril, quatre hommes, trois nés en Azerbaïdjan et un en Géorgie, ont été écroués et inculpés pour tentative de meurtre en bande organisée pour cette dernière attaque.

Ilham Aliev, qui réprime férocement la liberté de la presse et d’expression en Azerbaïdjan, nie publiquement toute implication. Le blogueur est également attaqué en justice en France par des proches du président azerbaïdjanais. La semaine dernière, la plainte en diffamation intentée contre lui par un ancien vice-ministre de l’Économie du pays a été jugée irrecevable.

Image
154/180
Score : 39,4
Publié le