Seychelles

Seychelles

Préserver à tout prix l’image du paradis

Aux Seychelles, l'insularité limite les revenus publicitaires et les opportunités d'emploi pour les journalistes. La presse généraliste qui veut sauvegarder ses rentrées d’argent est donc contrainte à un certain niveau d'autocensure. Par ailleurs, les journaux sont souvent engagés politiquement, l'information est donc très orientée. Enfin, le gouvernement cherche avant tout à protéger son image de paradis touristique ce qui rend tabous de nombreux sujets sensibles. Bien que le pays soit doté de strictes lois sur la diffamation, celles-ci n’ont pas été utilisées depuis longtemps et on ne recense pas d'exactions contre les journalistes. Des efforts ont été engagés en 2015 pour améliorer la transparence de l'organe de régulation des médias.

85
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+2

87 en 2017

Score global

+0,69

30,86 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre