Royaume-Uni

Royaume-Uni

Un phénomène inquiétant

Le Royaume-Uni recule dans le Classement mondial de la liberté de la presse en raison des atteintes répétées contre les médias, que le gouvernement britannique justifie la plupart du temps par des impératifs de sécurité intérieure. Le Parlement a adopté la législation la plus sévère de l’histoire du Royaume-Uni en matière de surveillance. Cette nouvelle loi sur le renseignement (Investigatory Powers Act), qui n’assure pas de protection suffisante pour les lanceurs d’alerte, les journalistes ainsi que leurs sources, fait peser une menace sérieuse sur le journalisme d’investigation.

Encore plus inquiétant, le projet de nouvelle « loi sur l’espionnage » présenté par la Commission des lois permettrait de qualifier facilement « d’espions » des journalistes qui auraient obtenu des informations confidentielles et de les condamner ainsi à des peines allant jusqu’à 14 ans de prison. La section 40 du « Crime and Courts Act 2013 » reste également un sujet de préoccupation, en particulier les mesures punitives pouvant contraindre un éditeur de presse à assumer le coût de toutes les plaintes déposées à son encontre, sans distinction. La saisie du passeport d’une journaliste syrienne par le service britannique des frontières, sur demande du régime de Bachar Al-Assad, a également envoyé un message inquiétant à des journalistes étrangers critiques, susceptibles d'être la cible de leur propre gouvernement sur le sol britannique.

40
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

-2

38 en 2016

Score global

+0,56

21,70 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre