RDC : Les journalistes dans le viseur des combattants au Nord-Kivu

Radio saccagée, journalistes menacés ou en exil… Reporters sans frontières (RSF) alerte sur la situation au Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). La milice rebelle du M23 et les Forces armées de RDC (FARDC) qui s’y affrontent, ciblent dorénavant les journalistes.

Perchée en haut de la colline surplombant Bunagana, il ne reste de La Voix de Mikeno que sa façade en bois et l’antenne protégée de la Voice of America (VOA). Depuis quelques jours, la radio communautaire diffusait uniquement les journaux d’information de la radio internationale américaine, rares programmes encore disponibles depuis l’intensification des combats dans la province du Nord-Kivu, à l’est de la RDC.

Le 13 juin, quelques heures seulement après leur offensive sur Bunagana, des membres du M23, un groupe rebelle à dominante tutsi que le Rwanda est régulièrement accusé de soutenir, ont saccagé les locaux de la radio. Chaises, émetteurs, micros, tables de mixage ont été détruits. Aucune victime n’est à déplorer. Mais craignant de nouvelles attaques, le personnel de la radio a dû trouver refuge dans une localité voisine et en Ouganda. Bunagana est devenue une ville fantôme. La Voix de Mikeno s’est tue.

Les journalistes et médias congolais sont en train de devenir des cibles et des victimes collatérales des affrontements qui ont lieu dans l'est de la RDC, s'inquiète le responsable du desk Afrique de RSF, Arnaud Froger. Le niveau de menace est tel qu'on peut craindre le pire si rien n'est fait pour empêcher les attaques et menaces de mort qui se multiplient. Nous demandons au gouvernement congolais de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des journalistes et de poursuivre systématiquement ceux qui s'en prennent à eux, quel que soit leur camp.

Dans le Nord-Kivu, les combats se sont intensifiés depuis que le M23 a repris les armes fin 2021, au motif que les autorités congolaises n’auraient pas respecté un accord sur la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. De leur côté, les autorités congolaises accusent le Rwanda de vouloir occuper la région et d’appuyer le M23. Les journalistes présents sur le terrain sont de plus en plus régulièrement pris à partie par les deux camps.

Correspondant de VOA Swahili, Auster Malivika craint d’être la cible d’attaques de la part des groupes armés qui sévissent dans la région, depuis la publication, au mois de mai, d’un communiqué du M23 l’accusant d’être un “reporter des FARDC”. Malivika est ciblé par le groupe rebelle pour avoir couvert le conflit en suivant les forces gouvernementales congolaises.

De leur côté, trois autres journalistes joints par RSF, Stany Bujakera, correspondant pour Jeune Afrique, Reuters et Actualité.CD, Steve Wembi, journaliste free-lance au New York Times et John Lungila, journaliste pour la chaîne publique Educ TV, font l’objet d’un cyberharcèlement et de fréquentes menaces de morts par des sympathisants du pouvoir congolais. Ceux-ci les accusent d’être devenus des “porte-paroles du M23”. Dans un tweet publié sous pseudonyme, via le compte @ZacharieMbaya_1 suivi par plus de 10 000 personnes, les photos des trois journalistes sont accompagnées de la légende : “Si aujourd’hui on me demande de tuer trois journalistes congolais corrompus, je tuerai ces trois journalistes.” Ce tweet a été supprimé.

Depuis plusieurs années, RSF et son partenaire congolais, Journaliste en danger (JED), soutiennent notamment la réforme de la loi répressive et obsolète sur les médias de 1996, le décret d’un moratoire sur les arrestations de journalistes, le renforcement des mécanismes de régulation et d’autorégulation, ou encore la mise en place d’un mécanisme national dédié à la sécurité des journalistes. Pourtant, les réformes promises par les autorités lors des états généraux de la presse en janvier dernier, pour améliorer l’environnement très hostile dans lequel évoluent les journalistes congolais, tardent à se concrétiser.

Afrique
République démocratique du Congo
Découvrir le pays
Image
125/180
Score : 47.66
Publié le 24.06.2022
Mise à jour le 24.06.2022