Rapports

16 avril 2018 - Mis à jour le 17 avril 2018

Examen périodique universel de Malte : RSF dénonce l'impunité qui entoure l'assassinat de Daphne Caruana Galizia

Reporters sans frontières (RSF) et cinq autres organisations de la société civile remettent aujourd'hui au Conseil des droits de l'homme de l'ONU leur rapport sur la situation de la liberté de la presse à Malte, dans le cadre de la procédure de l'Examen périodique universel (EPU).

A cette occasion, les six organisations dénoncent notamment l’impunité qui entoure l’assassinat Daphne Caruana Galizia, tuée il y a tout juste six mois, le 16 octobre 2017 par l’explosion d’une bombe placée sous sa voiture. L’enquête qui a été menée jusqu’à présent est jugée insuffisante.


Dans ce document, RSF dénonce également le harcèlement judiciaire de journalistes par des personnalités politiques. En particulier les lois sur la diffamation en vigueur à Malte prévoient toujours des peines de prison, et sont utilisées abusivement pour faire taire les journalistes.


RSF estime par ailleurs que le cadre législatif ne permet pas de protéger la liberté de la presse. Daphne Caruana Galizia qui enquêtait en particulier sur des affaires de corruption éclaboussant la classe politique maltaise avait reçu de nombreuses menaces, mais n’avait pas fait l’objet de mesures de protection suffisantes de la part des autorités.


Les six organisations émettent enfin une série de recommandations et demandent à Malte de prendre des engagements fermes pour garantir la liberté de la presse et la sécurité des journalistes.


La contribution complète de Reporters sans frontières (RSF) sur la situation de la liberté de la presse et de l’information à Malte dans le cadre de la 31e session de l’EPU est jointe à ce communiqué (voir ci-dessous).


Pour en apprendre plus sur l’Examen Périodique Universel et la contribution des ONG, cliquez ici.


Malte occupe la 47e place du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2017.