Afrique
Eswatini
-
Classement 2022
131/180
Score : 46,42
Indicateur politique
142
41.31
Indicateur économique
127
35.03
Indicateur législatif
149
43.86
Indicateur social
144
50.50
Indicateur sécuritaire
103
61.40
Classement 2021
141/180
Score : 53,66
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

L'ex-Swaziland, devenu Eswatini par décret du roi en 2018, est une monarchie absolue qui empêche les journalistes d’exercer leur travail de manière libre et indépendante. 

Paysage médiatique

Les médias audiovisuels sont intégralement contrôlés par le pouvoir, à l’image de la seule télévision privée du pays, qui appartient à la famille royale. La quasi-totalité des organes de presse sont également contrôlés, directement ou indirectement, par l’autocratique monarque Mswati III, au pouvoir depuis 1986. 

Contexte politique

L’ingérence de la monarchie dans l’information est très importante, et le pouvoir n’hésite pas à faire surveiller les journalistes et à infiltrer des rédactions. La ministre de l'Information et des Nouvelles Technologies n’est autre que l’une des filles du roi. La plume du roi, celui qui écrit ses discours, est également rédacteur en chef du plus vieux et plus populaire journal du pays. 

Cadre légal

Au royaume de Mswati III, toute critique de la monarchie est passible de procès et de lourdes peines. Alors que des dizaines de lois liberticides musèlent la liberté d’expression et d’information, la justice sert souvent d'instrument pour affaiblir le journalisme. Un projet de loi sur la cybercriminalité prévoit des amendes de plusieurs centaines de milliers de dollars et jusqu’à 10 ans de prison pour la diffusion de “fausses nouvelles” ou d’informations portant atteinte à l’image du pays.

Contexte économique

Il n’existe quasiment aucune possibilité de produire de l’information indépendante de manière viable du fait que l’existence même des médias est conditionnée à leur alignement à la défense de la monarchie.

Contexte socioculturel

Pour garder leur liberté de ton, les journalistes sont contraints de s’exiler. La culture du secret, omniprésente, rend difficile l'accès à l'information. La plupart des médias ont également été fortement critiqués pour leur soutien à la monarchie lors des violentes manifestations pro-démocratie, en 2021. 

Sécurité

Les journalistes sont régulièrement arrêtés et victimes de violences. Plusieurs exemples illustrent ces pratiques : en 2021, deux journalistes sud-africains ont été menacés à l’arme à feu et arrêtés en marge de manifestations. Un an plus tôt, deux rédacteurs en chef de sites ont été arrêtés puis contraints de s'exiler après avoir critiqué le roi. L’un d’entre eux a été torturé durant sa détention. En 2017, un journaliste d’investigation a été menacé de mort et s’est exilé en Afrique du Sud après avoir publié un article révélant l’implication du roi dans une affaire de corruption. Son journal a été fermé sur ordre du monarque.

Exactions en temps réel en Eswatini

Baromètre
Tués depuis le 1er janvier 2022
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0
En prison à ce jour
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0