Le cameraman de Reuters toujours détenu par l'armée américaine

Un tribunal secret composé de représentants du gouvernement irakien et d'officiers de l'armée américaine en Irak a condamné le cameraman de Reuters, Ali Omar Abrahem Al-Mashadani, à six mois de détention à la prison d'Abu Ghraib. Reporters sans frontières est atterrée par ce verdict d'autant plus que les charges pesant contre le cameraman sont encore inconnues. "Nous demandons, une nouvelle fois, à l'armée américaine de libérer immédiatement Ali Omar Abrahem Al-Mashadani. Il est choquant de constater que les forces américaines refusent de communiquer sur la détention du cameraman et l'empêchent d'avoir accès à un avocat ou de recevoir la visite de sa famille ou de ses employeurs, au mépris de ses droits les plus élémentaires. Nous réclamons des informations sur les charges pesant contre lui. Si les forces américaines ont des éléments laissant penser qu'il aurait pu commettre des actes illégaux, qu'elles les montrent à sa famille et à son employeur. L'entêtement de l'armée américaine à ne pas répondre aux courriers de Reporters sans frontières ainsi qu'aux requêtes de la famille et de Reuters est inquiétant", a déclaré l'organisation. Un officier de l'armée américaine a déclaré que le cameraman sera autorisé à faire appel de sa condamnation dans 180 jours. Pour le moment, il reste interdit de visite pendant 60 jours. Ali Omar Abrahem Al-Mashadani est détenu à la prison d'Abu Graib en Irak depuis le 8 août 2005 sans aucune explication de l'armée américaine. Ses proches ont affirmé que des Marines avaient interpellé le cameraman après avoir visionné ses bandes, lors d'un contrôle de routine à son domicile Au moins deux journalistes sont toujours détenus par l'armée américaine en Irak. Le commandement américain, quant à lui, continue de refuser de s'exprimer sur ce sujet.
Publié le
Mise à jour le 20.01.2016