La censure de Dojd en Lettonie est indigne d’un pays européen

L’autorité de régulation lettone a révoqué le 6 décembre la licence de la chaîne indépendante russe en exil Dojd. Reporters sans frontières (RSF), qui soutient le média, regrette profondément cette décision et appelle le régulateur à plus de transparence.

Lire en russe / Читать на русском 

“Incompréhensible et préoccupante, la révocation de la licence de Dojd en Lettonie est indigne d'un pays européen qui défend la liberté de la presse, s’indigne la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF, Jeanne Cavelier. La censure d’un média russe indépendant sape les efforts de lutte contre la propagande du Kremlin, l’objectif même des autorités lettones. Si cette décision a été prise en lien avec des ‘menaces pour la sécurité nationale et l'ordre public’ exposées par les services de sécurité, comme indiqué dans le document officiel du régulateur des médias, celui-ci doit en exposer précisément les raisons.”

Le 8 décembre, la chaîne indépendante russe en exil Dojd n’émettra plus en Lettonie. Soutenue de longue date par RSF face au harcèlement du Kremlin à son endroit, la rédaction avait trouvé refuge dans ce pays cette année après avoir été contrainte de fuir la Russie à cause de sa couverture indépendante de la guerre russe en Ukraine. Or elle est désormais accusée par le régulateur letton de “soutien possible à l'armée russe”, en dépit de ses déclarations publiques contre la guerre. 

Outre des informations reçues par le service de sécurité letton qui n’ont pas été dévoilées, le Conseil national des médias électroniques (NEPLP) pointe trois violations commises par la chaîne depuis qu’elle a commencé à émettre dans le pays, l’été dernier. Tout d’abord, elle n’est pas diffusée en langue lettone. Ensuite, elle a présenté dans un reportage une carte montrant la Crimée comme appartenant à la Russie et a appelé l’armée russe “notre armée”, ce pour quoi la chaîne a reçu une amende 10 000 euros. Le rédacteur en chef, Tikhon Dziadko, a admis une “erreur” commise par un employé de la chaîne. Enfin, le régulateur considère les propos d’un présentateur, Alexeï Korostelev, comme un appel à soutenir l’armée russe : lors d’une émission en direct le 1er décembre, il a déclaré espérer que la chaîne a "pu aider de nombreux militaires, y compris, par exemple, avec du matériel et des commodités de base au front". 

Licencié à cause de ces propos, le présentateur s’est justifié sur sa chaîne Telegram, en rappelant sa position anti-guerre et en estimant que ses propos, un “lapsus”, ont été sortis de leur contexte. Le rédacteur en chef s’est également excusé sur la chaîne pour cette erreur, expliquant au contraire que Dojd documente les crimes de guerre et expose les mensonges des autorités russes. Dojd est un média et n'a jamais fourni et ne prévoit de fournir aucun soutien de quelque nature que ce soit à aucune armée”, rappelle Tikhon Dziadko. La chaîne est susceptible de faire appel de la décision.

Régulièrement, certains officiels en Lettonie affichent leur méfiance vis-à-vis des journalistes russes en exil, malgré leur opposition claire au régime de Vladimir Poutine. C’est le cas du ministre de la Défense, qui écrit dans un tweet le 2 décembre :  Je crois que les journalistes de TV Rain / Dojd doivent aller travailler en Russie et que leurs permis de séjour doivent être révoqués.”  Contraints de quitter la Russie à cause de la censure systémique et de la répression, plusieurs médias indépendants opèrent depuis la capitale lettone Riga, à l’image des sites Meduza ou de Novaya Gazeta. Europe

Image
155/180
Score : 38,82
Image
22/180
Score : 79,17
Publié le