L’appel de la famille Tice aux ravisseurs de leur fils disparu en Syrie

Près de cinq ans après l’enlèvement d’Austin Tice, Reporters sans frontières (RSF) et le Centre SKeyes pour la liberté de la presse et de la culture s’associent aux parents du journaliste américain pour demander aux gouvernements américain et syrien d’agir au plus vite pour lui permettre de rentrer chez lui.

Le journaliste indépendant américain, Austin Tice, a été enlevé le 14 août 2012 en Syrie, alors qu’il couvrait le conflit notamment pour le Washington Post ou McClatchy, mais aussi les chaînes de télévision CBS et BBC. Ses parents n’ont cessé depuis de se mobiliser et ont lancé un nouvel appel lors d’une conférence de presse organisée au Press Club de Beyrouth, le 20 juillet en présence de RSF et le Centre SKeyes pour la liberté de la presse et de la culture.

“Austin a été enlevé trois jours après son 31ème anniversaire. Nous pouvons seulement imaginer tout ce qu’il rêvait de faire et ce qu’il aurait pu accomplir et réaliser pendant ces cinq années importantes de sa vie” ont notamment déclaré Debra et Marc Tice, qui ont précisé continuer à tout faire pour obtenir des informations sur le sort de leur fils: “Nous sommes prêts à entrer en contact avec tout gouvernement, groupe ou individu qui pourrait nous aider dans nos efforts afin d’obtenir la libération d'Austin en toute sécurité”.


Les parents d’Austin Tice ont également évoqué la vidéo qui avait été diffusée sur Youtube, et qui montrait, six semaines après sa disparition, Austin Tice menotté, les yeux bandés, aux mains de combattants armés. Debra et Marc Tice estime que les réactions qui ont suivi la diffusion de ce qui reste aujourd’hui l’unique preuve de vie du journaliste n’ont pas été “appropriées” et ils lancent également un appel en direction des ravisseurs de leur fils: “Nous implorons ceux qui détiennent Austin à se manifester de nouveau et de nous donner l’occasion de prendre contact avec eux”.


Austin Tice est le seul journaliste américain toujours détenu en Syrie. C’est grâce à son courage et celui d’autres journalistes locaux et étrangers que la Syrie peut être aujourd’hui considérée comme l’un des conflits les plus documentés” a pour sa part déclaré la responsable du bureau Moyen-Orient de RSF, Alexandra El Khazen, avant de rappeler les obligations des pays en matière de droit international concernant la protection des journalistes: “A l’unisson avec les parents d’Austin Tice, nous demandons aux gouvernements syrien et américain de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour ramener ce journaliste chez lui”.


“La libération d’Austin Tice constituerait une source d’espoir non seulement pour sa famille mais également pour la liberté de la presse dans la région et pour tous les journalistes portés disparus et détenus en Syrie a de son côté déclaré Ayman Mhanna, directeur exécutif du Centre SKeyes. Son retour marquerait un progrès en vue d’un dénouement positif du conflit et la fin de la tragédie du peuple syrien”.

“Nous encourageons tous ceux qui pourraient nous aider à faire entendre notre voix qui demande la libération d’Austin” ont encore déclaré Debra et Marc Tice qui proposent par ailleurs, à l’approche du 36ème anniversaire de leur fils, d’envoyer une carte d’anniversaire à leur fils par mail ou par courrier “dans l’espoir fervent qu’il sera bientôt de retour à la maison”.


RSF assiste et conseille la famille d’Austin Tice depuis septembre 2012. En février 2015, la campagne #FreeAustinTice a mobilisé près de 300 sites d’actualité américains dans le but de sensibiliser le public au sujet de la situation du journaliste.



La Syrie est le pays le plus meurtrier pour les journalistes depuis plusieurs années. Les tentatives d’intimidation, les arrestations, les enlèvements et assassinats sont communs et dressent un tableau macabre de la liberté de la presse. Le pays figure à la 177ème place (sur 180) du Classement de la liberté de la presse établi par RSF en 2017.


Publié le
Mise à jour le 20.07.2017