Jamaïque

Jamaïque

Respect pour la presse libre

La Jamaïque figure parmi les pays qui respectent le plus la liberté d’information. Quelques rares attaques contre des journalistes mises à part, aucun acte de réelle violence ou de menace envers la liberté de la presse n’a été rapporté depuis février 2009, lorsque, à deux reprises, la police de Kingston avait fait preuve d’abus de pouvoir. En dépit de l’avancée qu’a constitué la loi de dépénalisation de la diffamation adoptée par la Chambre des représentants en 2013, RSF a exprimé son inquiétude par rapport à d’autres projets de lois qui pourraient se révéler dissuasives pour les journalistes, dont la loi sur la protection des données de 2018 et la loi sur l’administration de la justice pénale de 2019. L’adoption de cette dernière a pour effet d’augmenter drastiquement les amendes - de 20 à 1 million de dollars jamaïcains - pour la prise de photographies en dehors des tribunaux, une mesure rétrograde si l’on considère qu’un meilleur accès à l’information devrait être favorisé et non pénalisé. Autre sujet de préoccupation l’année dernière : le Premier ministre, dans une déclaration, a estimé que le rôle des médias n'était pas forcément de rapporter des faits, ce qui a contribué à discréditer la presse.

6
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

+2

8 en 2019

Score global

+0,62

11,13 en 2019

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre