En Hongrie, RSF demande au régulateur d’éviter de porter un nouveau coup au pluralisme des médias

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la lenteur du Conseil des médias hongrois à délivrer une nouvelle licence à Tilos Rádió, dont l’autorisation de diffusion est arrivée à échéance le 3 septembre dernier. Nous exhortons l’autorité de régulation à apporter une décision dûment justifiée dans les plus brefs délais.

"Depuis son retour au pouvoir en 2010, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a fait reculer la part des médias indépendants de manière dramatique en instrumentalisant, entre autres, le Conseil des médias. La réduction au silence de Tilos Rádió serait un nouveau coup porté au pluralisme de médias. RSF appelle le régulateur hongrois à prendre une décision sur la licence de la radio rapidement et conformément à la législation en vigueur.

Pavol Szalai
Responsable du bureau UE-Balkans de RSF

Depuis le 4 septembre à minuit, la fréquence FM 90,3 de Budapest n’offre aux auditeurs radiophoniques hongrois qu’un profond silence. La station Tilos Rádió, qui l’occupait depuis 19 ans, a dû cesser d’émettre, sa licence étant arrivée à son terme. Elle ne diffuse désormais que sur son site Internet. C’est au cours des festivités célébrant le 31e anniversaire de la station associative indépendante que son directeur, Gábor Csabai, a annoncé la fin de la diffusion FM. Il a également annoncé prendre sa retraite au cours de ce même événement car le nouveau chapitre qui s’ouvre pour la radio nécessite, selon lui, un nouveau directeur.

Le 12 avril dernier, prétextant des irrégularités administratives, le Conseil des médias avait refusé de renouveler la fréquence de Tilos Rádió. La station a donc dû candidater, le 15 août, à un appel d'offres ouvert pour sa propre fréquence. Interrogé par RSF sur les différentes candidatures reçues pour la fréquence 90,3, le Conseil des médias a indiqué n’en avoir reçu qu’une seule, celle de Tilos Rádió. Il n’est donc pas question, pour le régulateur hongrois d’effectuer un choix entre plusieurs stations mais juste de décréter si la demande de Tilos Rádió est recevable.

La candidature de la Fondation culturelle Tilos a été étudiée le 30 août par le Conseil des médias. Très tatillon, le régulateur ne l’a pas jugée recevable en raison d’une lacune dans le dossier. Au lieu de préciser explicitement qu’elle ne possède pas de signature acoustique depuis sa création, il y a 31 ans, Tilos Rádió a laissé un blanc à la question demandant son jingle. Gábor Orbán, qui a pris la direction de la radio après le départ de Gábor Csabai, a indiqué à RSF qu’il a fourni une nouvelle version révisée de la candidature de Tilos Rádió le 7 septembre dernier.

Interrogé par RSF sur la longueur de la procédure d’attribution de la licence, le Conseil des médias a rétorqué que, conformément à la loi sur les services des médias et les communications de masse (Section 51 (2)), il dispose de 120 jours pour apporter une réponse. Le Conseil souligne en outre que la station a fait le choix de ne pas demander de licence provisoire qui lui aurait permis de poursuivre sa diffusion hertzienne en attendant la décision de l’autorité de régulation. De son côté, Tilos Rádió a expliqué à RSF avoir fait le choix de ne pas demander de licence provisoire dans le but de se concentrer sur une solution pérenne : obtenir une licence de diffusion pour les 10 prochaines années.

Le Conseil des médias semble utiliser, avec Tilos Rádió, un schéma similaire à celui employé contre Klubrádió en février 2021 et qui a valu à la Hongrie une plainte de la Commission européenne devant la Cour de justice de l’Union européenne.

La Hongrie occupe le 85e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2022.

Image
85/180
Score : 59,8
Publié le