Condamnation du caricaturiste Ali Dilem

Reporters sans frontières dénonce la peine de quatre mois de prison avec sursis prononcée le 23 décembre par le tribunal d'Alger à l'encontre d'Ali Dilem, caricaturiste du quotidien Liberté. " Nous dénonçons, une nouvelle fois, l'utilisation abusive de l'article 144 bis du code pénal par les autorités algériennes qui, sous couvert de diffamation, visent à faire taire la presse privée, jugée trop irrévérencieuse. Le pouvoir politique cherche ainsi à briser la plume d'un des caricaturistes les plus mordants de la presse algérienne ", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Ali Dilem a été condamné pour diffamation, en vertu de l'article 144 bis du code pénal amendé, à une peine de quatre mois de prison avec sursis, et à une amende de 100 000 dinars (environ 1 200 euros), dans une affaire l'opposant au ministère de la Défense nationale. Abrous Outoudert et Hacène Ouandjeli, respectivement ex-directeur de publication et ex-directeur de la rédaction ont été condamnés dans la même affaire à verser une amende de 50 000 dinars (environ 600 euros) chacun. La caricature incriminée, datée du 3 avril 2002, mettait en scène un drame survenu la veille, quand 21 militaires avaient été victimes d'un faux barrage dressé par deux terroristes. Elle était légendée " Le code pénal protège les généraux, pas les soldats ". Le ministère de la Défense avait jugé diffamatoire cette caricature. Pour l'avocat d'Ali Dilem, Maître Bourayou, ce verdict est particulièrement sévère. " On veut non seulement le condamner, lui, mais aussi cette forme d'expression ", a-t-il déclaré au quotidien Le Matin. L'article 144 bis du code pénal prévoit des peines de deux à douze mois de prison et des amendes allant de 50 000 à 250 000 dinars (environ 600 à 3 000 euros) pour toute mise en cause du président de la République dans des termes injurieux, insultants ou diffamatoires. Ces sanctions visent également les mêmes délits lorsqu'ils sont commis à l'encontre du "Parlement ou de l'une de ses deux Chambres, ou de l'ANP (l'Armée nationale populaire)".
Publié le
Mise à jour le 20.01.2016