COLLATERAL FREEDOM

Reporters sans frontières débloque 21 sites censurés dans 12 pays.


Comment RSF déjoue la censure ?

L'opération #CollateralFreedom permet de contourner la censure de l’Internet grâce à un dispositif fondé sur la technique du "miroir", consistant à dupliquer les sites censurés et à en héberger des copies sur des serveurs internationaux appartenant à des "géants" du web. Si un pays tente de censurer ces sites, il doit aussi couper l’accès à l’ensemble des sites et services hébergés par ce serveur géant, ce qui provoquerait un important dommage collatéral pour son économie.


Aidez-nous à déjouer la censure sur Internet !
Pour maintenir les « sites miroirs » accessibles, RSF utilise une bande passante qui s’épuisera avec la fréquentation des sites. En faisant un don, chaque internaute contribue au financement de cette bande passante pour prolonger l’accès aux sites débloqués. Nouveau : RSF met à disposition "Censorship detector", une extension permettant d'accéder aux sites dans les pays où ils sont censurés (via Google Chrome ou FireFox).

Les sites débloqués par RSF

Gros plan sur la censure

Pakistan

Après avoir imposé une censure généralisée dans les médias traditionnels à coups de harcèlement judiciaire et de menaces physiques, l’establishment militaire a ouvert un nouveau front pour réduire au silence la liberté d’information en ligne. Avec des relais au sein de la magistrature, l’armée pakistanaise agit comme un “Etat profond” qui ne tolèrent pas l’exercice indépendant du journalisme. Les reporters qui osent publier sur les réseaux sociaux des posts jugés trop critiques sont régulièrement arrêtés. Les sites qui essayent d’apporter aux Pakistanais une information fiable et indépendante, comme safenewsroom.org, sont systématiquement bloqués. Début 2019, le ministre de l’Information du gouvernement d’Imran Khan a officiellement annoncé le lancement d’un vaste plan de “répression des discours extrémistes dans les médias numériques” - le vocable “extrémiste” étant à comprendre comme “qui ne suit pas la ligne de l’armée”. Pour cela, le gouvernement a mis au point un bras armé : l’Autorité de régulation des médias du Pakistan, sorte de super-bureau de la censure dont les membres sont directement nommés par le pouvoir exécutif. Peu après cette annonce, des sites comme rabwahtimes.com étaient déjà rendus inaccessibles.

145
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020
Voir le classement
Site débloqué par RSF