Chine : RSF demande la libération de la journaliste Huang Xueqin, souffrante et détenue depuis plus de 500 jours

La journaliste d’investigation chinoise Huang Xueqin est détenue depuis plus de 500 jours dans des conditions déplorables. Alors que sa santé se dégrade dangereusement, Reporters sans frontières (RSF) appelle à sa libération immédiate. 

La journaliste indépendante Huang Xueqin (Sophia Huang), nominée pour le prix RSF du courage en 2022 et célèbre pour son implication dans le mouvement #MeToo en Chine, a été arrêtée le 19 septembre 2021, en compagnie du militant syndical Wang Jianbing. Incarcérée au motif de “subversion du pouvoir de l'État”, elle fait face à une peine de 15 ans de réclusion criminelle. Après plus de 500 jours, elle est toujours dans l’attente de son procès dans un centre de détention de la ville de Canton, dans le sud du pays. Victime de mauvais traitements et vraisemblablement de potentiels actes de torture, son état de santé se dégrade à un rythme inquiétant.

En maltraitant de la sorte, et vraisemblablement en torturant, une journaliste chevronnée et respectée pour son implication au sein du mouvement #MeToo, les autorités chinoises affichent clairement leur volonté de faire de Huang Xueqin un exemple pour intimider les rares voix dissidentes restant dans le pays. RSF appelle Pékin à la libérer immédiatement, ainsi que les 114 autres journalistes et défenseurs de la liberté de la presse actuellement détenus en Chine.

Directeur du bureau Asie de l'Est de RSF
Cédric Alviani

Au début de son incarcération, Huang Xueqin avait été placée à l’isolement pendant cinq mois, empêchée de voir un avocat et confrontée à des interrogatoires répétés, souvent au beau milieu de la nuit. Aujourd’hui, elle aurait perdu beaucoup de poids, ses menstruations auraient brutalement cessé et elle souffrirait de sévères carences en calcium, d’hypoglycémie et d'hypotension. Ses proches font état de douleurs lancinantes qu’elle ressent à la taille, et qui résultent vraisemblablement d'interrogatoires prolongés sur la "chaise du tigre, un outil de torture notoirement employé par la police chinoise.

En 2019, Huang Xueqin avait déjà été arrêtée sous l’accusation d’avoir “attisé des querelles et provoqué des troubles” après avoir couvert les manifestations prodémocratie à Hong Kong et avait été libérée sous caution après trois mois de détention.

Outre la journaliste, au moins quinze autres défenseurs de la liberté de la presse détenus en Chine risquent de mourir en prison, dont le journaliste malade Zhang Zhan et Huang Qi. Depuis que Xi Jinping est arrivé au pouvoir en 2012, au moins trois défenseurs de la liberté de la presse sont morts en détention. Le prix Nobel de la paix et lauréat du prix RSF de la liberté de la presse Liu Xiaobo, et le blogueur dissident Yang Tongyan sont morts en 2017, et l’un des principales sources d’information pour les journalistes au Tibet, Kunchok Jinpa, est mort en 2021.

La Chine, qui figure au 175e rang sur 180 au Classement RSF de la liberté de la presse 2022, est la plus grande prison au monde pour journalistes avec au moins 115 détenus.

Image
179/ 180
Score : 22,97

Exactions en temps réel

Baromètre
Tués depuis le 1er janvier 2024
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0
Détenus à ce jour
105 journalistes
3 collaborateurs des médias
108

Exactions en temps réel

Baromètre
Tués depuis le 1er janvier 2024
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0
Détenus à ce jour
11 journalistes
1 collaborateurs des médias
12
Publié le