Campagnes

22 décembre 2017

Une carte postale pour le caricaturiste équato-guinéen Ramon Esono Ebale qui passera Noël en prison

Reporters sans frontières (RSF) et 18 organisations internationales lancent une opération carte postale sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FreeNseRamon pour dénoncer l’emprisonnement illégal du caricaturiste équato-guinéen Ramon Esono Ebale.

Ce 24 décembre 2017, Ramon Esono Ebale, caricaturiste équato-guinéen connu pour son blog et ses dessins satiriques critiques à l’égard du président équato-guinéen, passera Noël en prison. A cette occasion, Ed Hall, membre de l'Association of American Editorial Cartoonists, a réalisé une carte montrant Ramon Esono Ebale en train de dessiner pour la liberté d'informer. Ce dessin est diffusé sur les réseaux sociaux accompagnée du hashtag #FreeNseRamon. En demandant de partager cette carte postale, RSF et 18 organisations internationales souhaitent rappeler au monde que des dessinateurs de presse, à l’instar de Ramon Esono Ebale, sont toujours harcelés, persécutés et emprisonnés par des régimes autoritaires, pour avoir simplement fait leur travail.


Arrêté le 16 septembre dernier à Malabo, Ramon Esono Ebale est maintenu depuis en détention provisoire et n'a toujours pas comparu devant un juge.


“Les accusations de contrefaçon et de blanchiment d’argent dont Ramon Esono Ebale fait l’objet servent de prétexte à une détention arbitraire. Ces chefs d’accusation sont, en effet, largement disproportionnés pour un dessinateur qui était revenu à Malabo simplement pour renouveler son passeport", déplore Clea Kahn Sriber responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières.


Dans une lettre ouverte conjointe adressée le 15 novembre dernier au président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, RSF et 18 organisations internationales ont dénoncé l'arrestation et le maintien en détention du caricaturiste Ramon Esono Ebale.


La Guinée-Equatoriale est classée 171ème sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2017.