Actualités

29 avril 2016 - Mis à jour le 3 novembre 2016

Une coalition internationale demande la nomination d’un « protecteur des journalistes »

Des organisations et des journalistes lancent un appel pour la création d’un Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la sécurité des journalistes, une proposition initiée par Reporters sans frontières (RSF).

Des médias, des journalistes, des ONG et des personnalités publiques de tous les continents lancent un appel solennel pour la création d’un « protecteur des journalistes », conformément à la proposition de RSF en faveur d’un Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la sécurité des journalistes. La coalition exhorte les Nations unies et les Etats membres à donner au titulaire de ce poste le poids politique, la capacité d’agir rapidement, et la légitimité de coordonner les efforts des Nations Unies pour la sécurité des journalistes.

787
journalistes tués
depuis 2005


L’objectif est de mettre en place un mécanisme concret d’application du droit international, qui permette enfin de réduire le nombre de journalistes tués chaque année dans l’exercice ou en raison de leurs fonctions. L’adoption de nombreuses résolutions de l’ONU sur la protection des journalistes et la lutte contre l’impunité n’a pas permis d’obtenir de résultats concrets, si l’on en juge par les statistiques. 787 journalistes et collaborateurs de médias ont été tués en raison de leurs fonctions au cours des 10 dernières années, selon les chiffres de RSF et 67 journalistes pour la seule année 2015.

Notre campagne#Protectjournalists

« RSF se réjouit du nombre important d’organisations et de personnalités qui soutiennent la création d’un Représentant spécial de l’ONU pour la sécurité des journalistes, souligne Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. La mobilisation massive en faveur de cette campagne grandit de jour en jour. Si les Nations Unies et les Etats créent le poste de Représentant spécial, les journalistes pourront retrouver l’espoir de travailler dans de meilleurs conditions de sécurité. Sans protection efficace des journalistes, le droit à l’information ne saurait être garanti et la propagande et l'extrémisme violent combattus. »


Parmi les nombreuses organisations qui ont rejoint la campagne : World Association of Newspaper and News Publishers (Wan Ifra), Human Rights Watch (HRW), United Nations Correspondents Association (UNCA), Committee to Protect Journalists (CPJ), James W. Foley Legacy Foundation, International Women’s Media Foundation (IWMF), Rory Peck Trust.


De nombreux médias soutiennent également la campagne, dont des membres de la WAN-IFRA : The Hindu, Bangkok Post, Grupo RBS, The New York Times, Manoramaonline, USA Today, VK Media, ABP, JP Politikens Hus, Jagran, Mediahuis, NewsBrands Ireland, The Irish Times, Helsingin Sanomat, Kristelight Dagblad.


Des personnalités publiques ont également exprimé leur soutien. Le 5 février 2016, Irina Bokova Directrice générale de l’UNESCO¬ déclarait « Je suis d’accord avec l’importance de la proposition de Reporters sans frontières pour un Représentant spécial sur la sécurité des journalistes au sein du bureau du Secrétaire général des Nations Unies. »


Le 11 mars 2016, Cilla Benkö, Directrice générale de la radio suédoise écrivait dans le Guardian : « Je soutiens l’initiative de Reporters sans frontières concernant sa demande auprès des Nations unies en faveur de la création d’un Représentant spécial en charge des questions de la sécurité des journalistes. Les reporters doivent être protégés contre les attaques et je suis sûre qu’un Représentant spécial pourrait accomplir de grandes choses à condition de lui octroyer un mandat clair et fort. »