Actualités

14 juin 2017 - Mis à jour le 22 novembre 2018

Un journaliste porté disparu dans l’Est de l’Ukraine, dans la zone des séparatistes pro-russes

Stanislav Asseïev, plus connu sous le pseudonyme de Stanislav Vassine, n’a donné aucun signe de vie depuis plus de dix jours. Ses proches craignent qu’il ne soit aux mains des séparatistes pro-russes de la République populaire de Donetsk (RPD). Reporters sans frontières (RSF) fait part de sa profonde inquiétude et appelle à sa libération immédiate.

Читать по-русски в PDF / Lire en russe


Le 3 juin, Radio Free Europe/Radio Liberty a attendu en vain la chronique de leur correspondant Stanislav Asseïev. Ses collègues n’ont jamais réussi à le joindre. Ni sa mère d’ailleurs, qui explique lui avoir parlé pour la dernière fois le 2 juin dernier. Depuis, plus rien. Ses proches en sont réduits à constater que l’appartement du journaliste et blogueur de 27 ans, a été fouillé et que son ordinateur a disparu. Une enquête pour déterminer les circonstances de la disparition de Stanislav Asseïev a été ouverte le 8 juin dernier. Sa famille et ses collègues craignent qu’il ne soit détenu, voir torturé par des membres du “Ministère de la Sécurité d’Etat” de la République autoproclamée de Donetsk.


La situation du journaliste Stanislav Asseïev est extrêmement préoccupante. Nous tenons les autorités autoproclamées de la RPD responsables de son sort et de sa sécurité, déclare Reporters sans frontières. Nous appelons l’ensemble des acteurs politiques de la région, y compris les organisations internationales qui sont présentes sur le terrain, à œuvrer à sa libération immédiate.


D’après l’ancien député Yehor Firsov, proche du journaliste, Stanislav Asseïev serait détenu par des séparatistes pro-russes qui contrôlent la région de Donetsk. Les services secrets ukrainiens (SBU) ont également confirmé l’avoir localisé sans pour autant donner plus de détails. Connu pour ses chroniques sur la vie quotidienne en zone contrôlée par les séparatistes, le journaliste collabore également avec plusieurs médias ukrainiens tels que Ukraïnski Tijden, Ukraïnska Pravda et Dzerkalo Tijnia. La nature sensible des sujets qu’il traitait et le fait de travailler pour des médias indépendants l’avaient conduit à écrire sous le pseudonyme de Stanislav Vassine.


En plus d’être devenus des zones de non-droit, les territoires contrôlés par les séparatistes pro-russes dans l’Est de l’Ukraine sont en passe de devenir des “trous noirs” de l’information. Les journalistes critiques et observateurs étrangers n’y sont ainsi presque plus admis. L’Ukraine occupe aujourd’hui la 102e place au Classement mondial de la liberté de la presse et continue d’être le théâtre d’une “guerre de l’information” avec la Russie.