Actualités

16 février 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un directeur de publication abattu dans le Sud


Pongkiat Saetang, directeur du bimensuel local Had Yai Post, a été abattu, le 14 février 2005, à Had Yai (sud du pays). Le journaliste était connu pour ses critiques sévères de certaines personnalités régionales. Reporters sans frontières est indignée par le meurtre de Pongkiat Saetang. "Aucune piste ne doit être négligée. Si la lumière n'est pas faite dans cette affaire, ce sont tous les journalistes du sud du pays qui se sentiront en danger quand ils publieront des informations sur la corruption et le népotisme", a affirmé l'organisation dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur, Bhokin Bhalakula. Reporters sans frontières a demandé au gouvernement d'être tenue au courant des résultats de l'enquête. Dans la matinée du 14 février, un inconnu a tiré deux balles dans le dos de Pongkiat Saetang alors qu'il circulait à motocyclette dans une rue proche d'un marché. Le journaliste est mort sur le coup. L'assassin a pris la fuite sur la motocyclette d'un complice. L'épouse du journaliste, Suchin Saetang, citée par l'organisation de défense de la liberté de la presse SEAPA, a affirmé à la police que cet assassinat pourrait être lié aux différentes enquêtes publiées dans le Had Yai Post sur la corruption et les abus de pouvoir de certains politiciens de la ville. Toujours selon son épouse, le journaliste avait reçu des menaces anonymes par téléphone. Pongkiat Saetang, âgé de 54 ans, était connu pour ses critiques, parfois virulentes, de certaines pratiques de politiciens locaux. Diriger le Had Yai Post était la seule activité connue du journaliste. La police n'exclut aucune hypothèse concernant les motifs de cet assassinat. En 2003, deux journalistes avaient été tués en Thaïlande, mais il est toujours impossible de dire si leur mort est liée à leurs activités journalistiques.