Actualités

16 janvier 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un blogueur grièvement blessé à l’arme blanche à Dhaka


Reporters sans frontières condamne la violente agression à l’arme blanche du blogueur Asif Mohiuddin, le 14 janvier 2013, par des individus non-identifiés, à Dhaka, capitale du Bangladesh. “Connu pour ses commentaires incisifs envers les religions mais aussi pour ses dénonciations des maux de la société birmane, il y a fort à penser qu’Asif Mohiuddin a été agressé en raison de prises de position qui émaillent son travail d’information sur des sujets politiques et sociaux sensibles. L'enquête menée par les autorités doit être poursuivie, pour que les coupables puissent être rapidement identifiés et déférés devant un tribunal”, a déclaré Reporters sans frontières. Asif Mohiuddin, 29 ans, a été poignardé à plusieurs reprises dans la nuque et le dos, vers 22 heures, aux alentours de son bureau, situé dans le district d’Uttara, à Dhaka. Il est à l’heure actuelle hospitalisé, dans un état critique, au Dhaka Medical College Hospital. Les informations données par la police indiquent clairement qu’il s’agit d’un crime prémédité. Selon les propos du chef de la police locale, Rezaul Islam, relatés par l’AFP, “Les attaquant se cachaient près de son bureau. Il a été attaqué tandis qu’il s'apprêtait à entrer dans le bâtiment. Des passants l’ont conduit à l'hôpital”. Des amis de la victime, présents à ses cotés lors de son agression, privilégient la piste des fondamentalistes islamistes. Mais l'enquête de la police est toujours en cours. Sur son blog, intitulé “Almighty only in name, but impotent in reality”, Asif Mohiuddin partageait régulièrement son scepticisme vis-à-vis des religions, et plus particulièrement des enseignements de l’Islam. Il dénonçait également le manque de liberté d’expression dans le pays. Il avait notamment couvert les manifestations d’étudiants de septembre 2011, qui protestaient contre la hausse des coûts universitaires. La police l’avait alors interpellé et maintenu en garde à vue pendant dix-huit heures. Un document émanant du DGFI (Directorate General of Forces Intelligence) lui a été présenté, indiquant que ses écrits présentaient le risque de créer un sentiment anti-étatique parmi les jeunes. Convoqué dans la soirée du 1er octobre 2011, au siège de la Detective Branch de la Police de Dhaka, il avait été contraint de fournir aux autorités les identifiants de son blog et de son compte Facebook, et avait été sommé de cesser ses publications. Les violences à l’encontre des acteurs de l’information sont en hausse au Bangladesh. Au cours de l’année 2012, 4 journalistes ont été tués, plaçant le Bangladesh au 6ème rang mondial des pays les plus meurtriers pour la profession.