Actualités

26 mai 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Ukraine : Un journaliste italien et son traducteur russe tués près de Sloviansk


Le photoreporter italien Andrea Rocchelli et son fixeur russe Andreï Mironov ont été tués par un obus de mortiers près de Sloviansk (région de Donetsk) le 24 mai 2014. Le photographe français de l’agence Wostok Press William Roguelon, qui se trouvait avec eux, a été blessé aux jambes.

Reporters sans frontières souhaite exprimer sa profonde tristesse et présenter ses sincères condoléances aux familles des victimes”, déclare Lucie Morillon, directrice de la recherche de Reporters sans frontières. “Nous sommes profondéments choqués par la disparition de ces deux professionnels des médias aguerris. La crise dans l’est ukrainien devient chaque jour plus violente et plus meurtrière pour les journalistes qui la couvrent. Nous demandons à toutes les parties impliquées dans le conflit de respecter le travail des journalistes, quelle que soit la ligne éditoriale de leur média. C’est le droit à l’information des populations concernées qui est remis en cause lorsque qu’un professionnel des médias est pris pour cible.

Dans la soirée du 24 mai, les deux journalistes Andrea Rocchelli et William Roguelon, accompagnés de leur traducteur Andreï Mironov et de leur chauffeur, ont été pris au milieu d’échanges de tirs à Andreïevka au sud de Sloviansk. Selon William Roguelon, “40 à 60 obus” ont été tirés. L’un d’entre eux est tombé dans le fossé dans lequel ils s’étaient réfugiés. Le journaliste français, blessé aux jambes, a pu s’échapper et passer à travers les lignes des rebelles en brandissant son appareil photo. Il a ensuite été conduit à l’hôpital d’Andreïevka par des habitants du village. Après une période d’incertitude et des informations contradictoires, la mort d’Andrea Rocchelli a été confirmée par le ministère italien des Affaires étrangères. Les corps doivent encore être identifiés par les membres de la famille.

Andrea Rocchelli, fondateur du collectif Cesura avec quatre autres photographes en 2008, avait couvert le conflit en Afghanistan ainsi que les printemps arabes en Tunisie et en Libye. Il était également parti en mission au Kirghizstan et dans le Caucase. Alors qu’il vivait entre Milan et Moscou, il travaillait pour de grands médias occidentaux tels que Le Monde, L’Espresso ou Foreign Policy, mais aussi russes (Novaïa Gazeta, Kommersant). En mission dans l’est de l’Ukraine depuis plusieurs semaines, il était accompagné en Ukraine par le traducteur Andreï Mironov. Ce dernier, défenseur des droits de l’homme, membre de l’ONG russe Memorial, et ancien dissident soviétique, avait appris l’italien dans un camp de travail et collaborait régulièrement avec des journalistes italiens.

Entre le 1er janvier et le 1er mai 2014, 218 journalistes ont été blessés ou agressés. Depuis le début des affrontements dans l'Est du pays, Andrea Rocchelli et son fixeur sont les premiers professionnels des médias à trouver la mort dans ce conflit. Les affrontements entre les forces armées ukrainiennes et les rebelles anti-Kiev sont toujours plus violents. La veille de la présidentielle, le climat était particulièrement tendu. Le 24 mai, une équipe de la chaîne de télévision biélorusse Belsat a été également prise sous les feux à un poste-frontière près de Sloviansk. Quelques heures après, leur voiture a été la cible de tirs. Aucun des journalistes présents n’a été blessé.