Actualités

7 février 2020 - Mis à jour le 10 février 2020

Ukraine : RSF dénonce des perquisitions dans une rédaction et chez des journalistes d’investigation

Crédit : Volodymyr Tymofiychuk
Les services secrets ukrainiens ont perquisitionné les domiciles de trois journalistes, ainsi que les locaux de la rédaction de la chaîne de télévision « 1+1 », suite à une fuite ayant conduit le premier ministre à la démission - finalement refusée par le président. Reporters sans frontières (RSF) rappelle la nécessité de protéger les sources des journalistes.

Depuis qu’elle a révélé une affaire ayant secoué le paysage politique ukrainien, l’équipe de l’émission d’investigation «Sekretni Materialy» (“Documents secrets”), de la chaîne de télévision privée 1+1, est la cible des services secrets. Ceux-ci ont perquisitionné, le 5 février 2020, les locaux de la chaîne ainsi que les domiciles de Denis Danko et Yevhen Kouksine, journalistes au service d’enquête, et d’Oleksandr Nizovtsev, un ancien collaborateur. Les policiers étaient à la recherche de matériel d’écoute illégal. Les trois journalistes affirment au contraire que leurs informations ont été obtenues légalement. 

 

Ces perquisitions constituent une atteinte à la protection des sources. Le matériel informatique saisi contenait potentiellement des données sensibles, rappelle la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale, Jeanne Cavelier. L’accès aux sources journalistiques doit rester exceptionnel et strictement encadré par la loi. RSF s’alarme des tentatives répétées pour compromettre leur confidentialité, notamment les pressions subies par les journalistes de l’émission de Radio Free Europe Skhemy (Schémas) en octobre 2019."

 

Le premier ministre Oleksi Hontcharouk avait présenté sa démission le 15 janvier, après avoir été enregistré à son insu lors d’une rencontre privée avec le directeur de la banque nationale, durant laquelle il avait mis en doute les compétences en économie du président de la république Volodymyr Zelensky. Le président refusa la démission de son premier ministre, et chargea la police de retrouver les auteurs de l’enregistrement. Le 6 février, lors d’une réunion en présence du directeur de « 1+1 », il aurait déclaré posséder des preuves de la participation directe des journalistes.

 

Dans une lettre ouverte adressée le 6 février au président Zelensky, la chaîne 1+1, propriété de l’oligarque Ihor Kolomoïsky, a dénoncé une atteinte à la liberté d’expression garantie par l’article 34 de la Constitution ukrainienne, ainsi qu’une « tentative de pression politique sur un média indépendant ». Le même jour, lors de réunions extraordinaires, les commissions  parlementaires sur la liberté d’expression et sur les questions humanitaires et d’information, ont dénoncé une « entrave au travail des journalistes ». L’organisation Institute of Mass Information (IMI) et DetektorMedia ont de leur côté rappelé, à la fois aux services secrets et aux journalistes, la nécessité de respecter la loi. 

 

En outre, « 1+1 » a déclaré son intention de poursuivre les services secrets ukrainiens pour diverses violations de procédure lors des perquisitions. Alors que les fouilles auraient dû se limiter aux bureaux des journalistes mis en cause dans l’instruction, elles ont été élargies à d’autres parties de la rédaction. Deux ordinateurs ont été confisqués, en violation de l’article 168 du code de procédure pénale, qui prévoit la copie des fichiers informatiques, et non la saisie du matériel. Chez le journaliste Denis Danko, une tablette, trois clés USB et des photos de mariage ont été saisies. Quant à son collègue Yevhen Kouksine, les enquêteurs ne lui ont pas délivré de mandat de perquisition. En réponse aux critiques, les services secrets ukrainiens ont  insisté sur l’absence de violations de procédure, et ont précisé que les journalistes n’étaient pas les seuls concernés par l’enquête.

 

L’Ukraine occupe la 102e place au Classement de la liberté de la presse 2019 établi par RSF.