Actualités

14 janvier 2019 - Mis à jour le 15 janvier 2019

Soudan: RSF dénonce une escalade de la répression contre la presse

A picture taken on January 13, 2019 shows anti-government demonstrators in the Sudani capital Khartoum. STRINGER / AFP
Reporters sans frontières (RSF) s’alarme de la mise sous tutelle des médias et de la chasse aux journalistes soudanais après la brève arrestation de 28 professionnels de la presse au cours d’un sit-in de protestation contre les confiscations de journaux à répétition par les services de renseignement soudanais (NISS).

Le rédacteur-en-chef du journal Al-Jareeda, Ashraf Abdelaziz ainsi que 27 professionnels des médias ont été arrêtés pendant plusieurs heures ce lundi 14 janvier au cours d’un sit-in pacifique organisé devant les locaux des services de renseignement soudanais (NISS) à Khartoum. Les journalistes manifestaient contre les saisies quasi-quotidiennes des éditions de Al-Jareeda, un journal particulièrement visé en raison de son refus de se plier à la politique de censure imposée par le NISS sur les importantes manifestations  contre le gouvernement qui secouent le Soudan depuis plus de trois semaines.

“RSF condamne sans réserve cette nouvelle vague d’arrestations, dernier acte d’une escalade de la répression contre les médias et les journalistes qui tentent de couvrir les événements en cours dans leur pays, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. La politique de confiscation systématique des journaux et d'arrestations arbitraires de journalistes atteint des niveaux alarmants. Cette chasse aux journalistes et cette mise sous tutelle de l’information doivent cesser”.


Depuis le début des manifestations le 19 décembre 2018, RSF a recensé plus de 90 exactions dont 62 arrestations et 21 saisies de journaux par les services de renseignement. Le journal Al-Jareeda a été confisqué à onze reprises.


Le Soudan occupe la 174e place sur 180 dans le Classement 2018 de la liberté de la presse établi par RSF.