Actualités

16 mars 2021 - Mis à jour le 18 mars 2021

Russie : le harcèlement de Radio Svoboda menace le pluralisme de l’information

Crédit : MICHAL CIZEK / AFP
La filiale russe du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty et son directeur ont été condamnés à des amendes exorbitantes pour avoir refusé de s’enregistrer comme “agents de l’étranger”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce une atteinte au pluralisme de l’information et condamne fermement une loi absurde qui vise à réduire au silence les médias indépendants et d’opposition.

Читать на русском / Lire en russe


Ce sont les plus lourdes amendes infligées à un média en Russie : Radio Svoboda, la filiale russe du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), a été condamnée à verser un total de 71,5 millions de roubles, soit près de 820 000 euros, pour infraction à la loi sur les “agents de l’étranger”. Alors que la radio a déjà fait appel - en vain - contre une première vague d’amendes, la dernière condamnation, au paiement de 50 millions de roubles, a été prononcée le 9 mars. Radio Svoboda s’expose à des poursuites pénales en cas de refus.


Inscrits sur le registre des “agents de l’étranger”, Radio Svoboda et ses services affiliés sont dans l’obligation d’apposer, en tête de toutes leurs publications, textes ou vidéos, un texte de 221 caractères indiquant leur désignation comme tels pour se conformer à un amendement voté fin décembre 2020. Mais selon la radio, cette obligation lui ferait perdre la moitié de son audience, qu’elle estime à 6,5 % de la population russe adulte. Acculé dans une impasse, sous la menace de perquisitions et de la mise en faillite de Radio Svoboda par les autorités, les dirigeants du groupe craignent de devoir quitter le pays d’ici fin mai.


Alors qu’elle émet en Russie depuis 30 ans, Radio Svoboda est menacée de fermeture sous prétexte d’une loi absurde et stigmatisante, déclare la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie Centrale de RSF, Jeanne Cavelier. Ces amendes exorbitantes s’inscrivent dans un long processus de “nettoyage” du paysage médiatique russe pour mettre un terme au pluralisme né de la perestroïka. RSF dénonce une chasse aux médias indépendants et d’opposition, et appelle à l’arrêt des poursuites judiciaires contre la radio.”


Adoptée en 2017, la loi sur les médias “agents de l’étranger” n’a cessé, depuis, d’être amendée pour se faire de plus en plus contraignante. Un projet de loi est encore à l’étude à la Douma, la chambre basse du Parlement, afin d’ajouter dans le registre des “agents de l’étrangers” les journalistes étrangers accrédités en Russie dont les activités sont “incompatibles avec le travail d'un journaliste” - sans que ces activités ne soient clairement définies. Pour rappel, trois journalistes pigistes pour Radio Svoboda ont été ajoutés au registre fin 2020. 


La Russie occupe la 149e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF.