Actualités

3 juin 2021

RSF : “S’il arrive malheur au blogueur Mahammad Mirzali, nous tiendrons Ilham Aliev pour personnellement responsable”

Le 1er juin, Mahammad Mirzali Mardi a retrouvé les vitres de sa voiture brisées avec un message de menace à l'intérieur. (crédit : Mahammad Mirzali)
Pourchassé jusqu’en France à cause de ses publications sur le président autoritaire azerbaïdjanais, le blogueur déjà poignardé en mars continue de faire l’objet de menaces inquiétantes aux abords de son domicile. Reporters sans frontières (RSF) appelle Ilham Aliev à faire cesser immédiatement toute violence à son encontre.

Ses agresseurs, ou leurs complices, ont découvert l’adresse de Mahammad Mirzali. Terré par la peur dans son appartement, à Nantes, le blogueur azerbaïdjanais a observé des manœuvres inquiétantes autour de son domicile. Hier, un inconnu a pris des photos de son immeuble. Après s’être approché de l’immeuble et avoir tenté de s’introduire, celui-ci s’est enfui lorsque Mahammad Mirzali a crié en appelant la police. Mardi, il avait retrouvé les vitres de sa voiture brisées, avec un court message lourd de menaces déposé à l’intérieur : “Ceci est pour toi”.


“Ils vont me tuer !”, s’alarme le blogueur, qui ne dort plus, même après avoir acheté du matériel pour renforcer sa porte d’entrée. Réfugié en France depuis 2016, très critique de la famille Aliev au pouvoir, Mahammad Mirzali a été poignardé en plein jour dans le centre-ville de Nantes, le 14 mars dernier. Il s’était confié sur cette agression dans un témoignage vidéo recueilli sur place par RSF, après sa sortie de l’hôpital. En octobre 2020, il avait déjà essuyé des tirs, alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture, sur un parking. Malgré des menaces récurrentes, envoyées directement par des inconnus sur son portable, il continue de diffuser des vidéos sur sa chaîne YouTube, Made in Azerbaïdjan.


“Mahammad Mirzali est en danger de mort en France car il ose dire tout haut ce qu’il pense du régime du président azerbaïdjanais Ilham Aliev, de son épouse et vice-présidente Mehriban Alieva et de leurs proches, dénonce le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Nous rappelons au président Aliev qu’en tant que réfugié, Mahammad Mirzali est sous la protection de la France et qu’il est extrêmement grave qu’un régime tente d’exporter ses méthodes de répression pour réduire les voix critiques au silence hors de ses frontières. S’il arrive quoi que ce soit à Mahammad Mirzali sur le sol français, non seulement le président Aliev en sera tenu personnellement responsable, mais il devra aussi faire face à l'opprobre du monde et à sa mise au ban de la communauté internationale.”


Sa famille aussi est visée. Plusieurs vidéos intimes d’une sœur de Mahammad Mirzali ont été publiées, pour tenter de le faire taire. La maison de cette sœur, en Azerbaïdjan, a par ailleurs été caillassée par des inconnus peu avant l’agression qu’il a subie à Nantes. Son père et son beau-frère avaient été arrêtés en 2017 pour faire pression sur lui.


L'Azerbaïdjan occupe la 167e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF. La plupart des médias critiques ont été réduits au silence ou à l’exil, les principaux sites d’information indépendants sont bloqués et au moins deux journalistes sont actuellement emprisonnés. La France se situe à la 34e place du Classement.