Actualités

16 octobre 2019

RSF se rend à Malte et publie un rapport pour marquer le deuxième anniversaire de l’assassinat de Daphne Caruana Galizia

Pour rendre hommage à la mémoire de Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a deux ans, et renouveler son appel à la justice, Reporters sans frontières (RSF) est retourné à Malte. Au cours de cette mission qui s’est déroulée du 14 au 16 octobre, RSF a lancé un rapport, assisté à des audiences de cas de diffamation posthume et rencontré le Premier ministre Joseph Muscat et d’autres hauts fonctionnaires. RSF reste engagé dans la poursuite du processus de justice pour Daphne Caruana Galizia jusqu’à ce que toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans son assassinat soient jugées – et en premier lieu les commanditaires.


RSF est retourné à Malte à l’occasion des deux ans de l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, le 16 octobre 2019. Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, et la directrice du bureau Royaume-Uni de RSF, Rebecca Vincent, se sont rendus dans le pays afin de renouveler les appels à la justice et souligner la nécessité d’une action concrète face à la détérioration générale du climat de la liberté de la presse à Malte.

 

Le 15 octobre, Christophe Deloire et Rebecca Vincent ont rencontré le Premier ministre Joseph Muscat, le ministre des Affaires étrangères Carmelo Abela, le ministre de la Justice Owen Bonnici et le procureur général Peter Grech. RSF a salué cette opportunité d’avoir eu des échanges francs et animés sur les mesures à prendre pour améliorer la situation de la liberté de la presse à Malte.

 

« Je me souviens d’une foule immense rassemblée dans les rues de La Valette pour soutenir la liberté de la presse, comme cela avait été le cas à Paris après le massacre de Charlie Hebdo, et à Bratislava après le meurtre de Jan Kuciak et de sa fiancée, a déclaré Christophe Deloire. A la suite de l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, on aurait pu s’attendre à ce que le gouvernement prenne des mesures proactives en faveur de la protection des journalistes et lance un grand plan pour la liberté de la presse dans le pays. Mais les autorités ont, au contraire, adopté une attitude défensive. Le temps est venu de changer de stratégie. Mieux vaut tard que jamais. »

 

RSF a insisté sur la nécessité urgente que justice soit rendue pour l’assassinat de Daphne Caruana Galizia et sur celle, tout aussi cruciale, de faire avancer ce cas par la mise en œuvre d’une enquête publique totalement indépendante et impartiale – ainsi que l’a demandé l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe – et ce sans plus attendre. RSF a également appelé à ce que les poursuites en diffamation posthume contre Daphne Caruana Galizia soient abandonnées et à ce que le gouvernement autorise la tenue d’une commémoration en son honneur à La Valette. L’organisation a mis l’accent sur le besoin de protection des journalistes et a demandé que cessent les attaques contre les médias indépendants, et en particulier contre The Shift News.

 

RSF a également lancé un nouveau rapport qui fera date à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue à La Valette le 15 octobre. Christophe Deloire et Rebecca Vincent y ont pris la parole aux côtés du représentant de la liberté des médias du Conseil au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Harlem Désir, et le directeur de la fondation Justice for Journalists, Maria Ordzhonikidze. Le rapport, intitulé « Les retards de la justice : l’assassinat de Daphne Caruana Galizia et la détérioration du climat de la liberté de la presse à Malte » est une co-publication de RSF et The Shift News, qui a bénéficié du soutien de la fondation Justice for Journalists. La version intégrale du rapport est téléchargeable à partir du lien ci-dessous.

 

 Le 14 octobre, Rebecca Vincent a assisté aux audiences de nombreux cas de diffamation au tribunal de La Valette, dont des poursuites engagées par le Premier ministre Joseph Muscat, contre Daphne Caruana Galizia et son fils, Matthew Caruana Galizia, ainsi que des affaires initiées par le chef de cabinet du Premier ministre, Keith Schembri, et l’ancien sous-gouverneur de la Banque centrale, Alfred Mifsud, qui sont en cours de manière posthume. Les audiences des poursuites engagées par le Premier ministre et son chef de cabinet – qui ne se sont pas déplacés au tribunal – ont été reportées au 9 décembre. Alfredd Misfud a livré un bref témoignage, et l’avocat de la défense a reporté son droit à de le contre-interroger à la prochaine audience, fixée au 20 janvier.

 

« Le fait que les audiences de ces affaires de diffamation vexatoire aient lieu à la veille, jour pour jour, de l’anniversaire de l’assassinat de Daphne Caruana Galizia est une honte. Plutôt que de maintenir ces poursuites pour faire pression sur sa famille en deuil, le Premier ministre et les autres fonctionnaires feraient mieux de les abandonner et de concentrer leurs efforts sur la véritable entreprise de justice pour Daphne Caruana Galizia », a déclaré la directrice du bureau Royaume Uni de RSF, Rebecca Vincent.

 

RSF participera à la manifestation du 16 octobre en hommage à Daphne Caruana Galizia, au cours de laquelle Christophe Deloire et Rebecca Vincent doivent faire une allocution. RSF a également prévu de prendre part aux veillées organisées le 16 octobre à Londres, Bruxelles, Berlin et Vienne.

 

Malte occupe le 77e rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2019de RSF, après avoir chuté de 30 places au cours des deux dernières années.