Actualités

19 août 2020 - Mis à jour le 20 août 2020

RSF et une coalition d’ONG dénoncent le déclin des libertés à Hong Kong

PHOTO: ISAAC LAWRENCE / AFP
Dans une déclaration commune, Reporters sans frontières (RSF) et une coalition d’ONG expriment leur inquiétude concernant le déclin des libertés à Hong Kong, dont la liberté de la presse, qui s’est accéléré après le passage de la loi sur la sécurité nationale le 30 juin.

Dans une déclaration commune publiée le 19 août, Reporters sans frontières (RSF) et une coalition d’organisations de défense des droits humains expriment leur très grande inquiétude concernant le déclin des libertés, dont la liberté de la presse, qui s’est accéléré depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale le 30 juin dernier. Les ONG dénoncent notamment les arrestations au sein du groupe Apple Daily ainsi que la hausse des cas de harcèlement de journalistes.


« Depuis la rétrocession de Hong Kong en 1997, la Chine fait tout ce qu’il peut pour contrôler les médias sur le territoire, mais elle se heurtait jusque là à la Loi fondamentale, qui garantit expressément la liberté de la presse, explique Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters Without Borders (RSF). Les démocraties doivent intensifier leur pression sur le régime de Pékin pour qu’il retire la loi sur la sécurité nationale, qui met en péril l’existence même de l’état de droit à Hong Kong ». 


La loi sur la sécurité nationale permet au régime de Pékin d’intervenir directement dans la région administrative spéciale de Hong Kong pour réprimer avec une apparence de légalité tout ce qu’il considère comme relevant du « terrorisme », de la « sécession », de la « sédition » et de l’« interférence étrangère ». Le 10 août 2020, Jimmy Lai, le fondateur du quotidien indépendant Apple Daily, a été arrêté à son domicile sous l’accusation de « collusion avec des puissances étrangères » alors que deux cent policiers investissaient les locaux du journal.


Hong Kong, autrefois bastion de la liberté de la presse, a chuté du 18e rang en 2002 au 80e rang en 2020 dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse. La République populaire de Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.


Signataires:

  • Article 19
  • Centre for Law and Democracy (CLD)
  • Committee to Protect Journalists (CPJ)
  • Freedom House
  • IFEX
  • International Federation of Journalists (IFJ)
  • Reporters Without Borders (RSF)
  • Alliance for Journalists’ Freedom (AJF)


    Lire la lettre dans son intégralité: