Actualités

13 mai 2019

RSF et Active Watch appellent les autorités roumaines à prendre des mesures pour protéger les journalistes

Emilia Sercan / © Cristian Gradinariu
Dans une lettre adressée aux autorités roumaines, Reporters sans frontières (RSF) et Active Watch se félicitent de l’arrestation rapide de l’auteur de menaces de mort à l’égard d’une journaliste d’investigation roumaine le 17 avril dernier. Les deux organisations demandent néanmoins que tous les cas de menaces et pressions soient traités avec autant célérité afin de ne pas laisser s’installer un climat de peur contre la profession.

A l'attention de Madame Carmen Dan, ministre de l'intérieur 

A l'attention de Monsieur Ioan Buda, Chef de l'inspection générale de la police  

A l'attention de Monsieur Călin Nistor, Procureur général de la direction nationale de lutte anti corruption

 

Chère Madame Dan, chers Messieurs Buda et Nistor,

RSF et son partenaire en Roumanie, Active Watch, se félicitent de la réaction rapide de la police et du parquet de Bucarest suite aux menaces de mort reçues par la journaliste d'enquête Emilia Sercan.

Nous suivons cette enquête avec attention et exhortons la Direction nationale de la lutte anti corruption, actuellement en charge du dossier, de faire en sorte que l’affaire soit jugée dans les plus brefs délais et dans la plus grande transparence.

Dans la mesure où cette affaire implique un officier, employé par l’académie de police, il est essentiel que l’opinion publique et les forces de police prennent conscience que les autorités roumaines prennent ce genre de menaces contre la presse très au sérieux.  Nous appelons également le ministère de l’intérieur roumain à enquêter au sein de l'Académie de police à l’origine de cette affaire.

Après les révélations de l'affaire Sercan, plusieurs journalistes de médias régionaux ont accusé les forces de police et les procureurs locaux de ne pas réagir aux menaces proférées contre la presse. L'expérience montre pourtant que l'impunité  crée un climat propice à la violence.

Nous invitons le ministre de l'Intérieur à échanger sur la meilleure manière de réagir à l’avenir à l’égard d’autres menaces ou abus commis à l'encontre de journalistes. Nous encourageons également les autorités à assurer la formation des actuels et futurs officiers de police, afin qu'ils soient conscients du rôle crucial des journalistes, des médias et de la liberté de la presse.