Actualités

27 janvier 2016 - Mis à jour le 8 mars 2016

RSF dénonce “l’acharnement coupable” du parquet contre Can Dündar et Erdem Gül


Reporters sans frontières (RSF) dénonce “l’acharnement coupable” du parquet turc à l’encontre de Can Dündar et Erdem Gül. Le 27 janvier 2016, il a requis la prison à vie aggravée contre les deux journalistes de Cumhuriyet, en prison depuis deux mois.

Türkçe / Lire en turc

Le 27 janvier 2016, le parquet a remis son acte d’accusation contre Can Dündar et Erdem Gül à un tribunal d’Istanbul. Ce dernier devrait prochainement le valider et fixer la date du début du procès.

“En accréditant les accusations d’une extrême gravité portées contre Can Dündar et Erdem Gül, accusations absolument délirantes, le parquet démontre son manque d’indépendance, déplore le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Nous appelons la 14e chambre de la cour d’assises d’Istanbul à sauver l’honneur de la justice turque en rejetant ce réquisitoire ridicule.”

Les deux journalistes sont officiellement accusés de divulgation de secrets d’Etat à des fins d’espionnage, tentative de renverser le gouvernement et assistance à une organisation terroriste. Le parquet requiert pour chacun d’entre eux la prison à vie sans possibilité d’amnistie, assortie d’une autre peine de prison à vie et de 30 ans de prison.

Le rédacteur en chef du quotidien indépendant Cumhuriyet et son représentant à Ankara Erdem Gül ont été arrêtés le 26 novembre 2015. Le président Recep Tayyip Erdogan et le chef des services de renseignements turcs (MIT), Hakan Fidan, leur reprochent leurs révélations sur des livraisons d’armes du MIT à destination de groupes islamistes syriens.

Le ministère de la Justice a rejeté une demande de visite aux deux journalistes emprisonnés soumise par une coalition de neuf ONG internationales, dont RSF. Des représentants de cette coalition se sont rendus devant la prison de haute sécurité de Silivri, le 27 janvier, pour protester contre ce refus et réclamer la libération immédiate de Can Dündar et d’Erdem Gül.

Signez la pétition : “M. Erdogan, libérez les journalistes de Cumhuriyet et leurs confrères !”