Actualités

8 février 2021

RSF demande la protection des journalistes contre la surveillance du BND

À la veille de l’adoption d’une nouvelle loi sur la surveillance des étrangers par le service fédéral de renseignement allemand (BND), Reporters sans frontières (RSF) lance la campagne #NotYourSource pour demander une meilleure protection des journalistes étrangers.

RSF lance, le 8 février, la campagne #NotYourSource pour réclamer une plus grande protection des professionnels des médias étrangers et de leurs sources face à la surveillance des services de renseignement allemands. L’organisation appelle les personnes qui soutiennent cette campagne à se joindre à elle pour demander publiquement aux membres du Bundestag, sur les réseaux sociaux ou par courriel, de réviser le projet de loi en conséquence.


Après le recours constitutionnel déposé par RSF et la Société pour les libertés civiles, le Parlement doit préparer une nouvelle législation pour encadrer le travail des services de renseignement et garantir une meilleure protection des communications confidentielles contre la surveillance de l’État. La commission des affaires intérieures devrait se prononcer sur le projet de loi dès le mois de mars mais RSF estime que les professionnels des médias et leurs sources continuent à être menacés par ce nouveau texte. 


« Les journalistes ne doivent plus être instrumentalisés par les services de renseignement comme sources involontaires d’information en raison de leur intérêt politique, déclare le directeur de RSF Allemagne, Christian Mihr. L’arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale a indiqué les conditions nécessaires pour que le travail de renseignement soit efficace sans violer systématiquement la liberté de la presse et les droits fondamentaux. La nouvelle loi doit en définir le cadre en termes de garanties et de contrôles pour répondre aux nombreuses  possibilités offertes par la surveillance numérique. En encadrant cette dernière par une loi adaptée, plutôt que de se contenter d’une réforme superficielle qui risquerait de susciter d’autres recours, l’Allemagne pourrait montrer l’exemple au niveau international en matière des droits humains. »


RSF a récemment formulé des critiques sévères envers le projet de loi du gouvernement allemand. Si le texte établit, pour la première fois, un cadre formel en matière de protection des communications confidentielles, il est compromis par une application et un contrôle insuffisants. Ce projet ne remet pas en question les fondements de la surveillance de masse moderne révélée par Edward Snowden en 2013 et il est probable que le BND continuera à utiliser l’analyse des données pour collecter massivement des informations sur les réseaux et les intérêts des professionnels des médias. Des ressources qu’il pourrait transmettre à d’autres services de renseignement, sans tenir compte des dangers encourus par la profession dans des États répressifs.


L’Allemagne occupe la 11e place sur 180 pays dans le Classement de la liberté de la presse établi par RSF.