Actualités

24 octobre 2019

RSF alerte les journalistes des dangers d'une application smartphone chinoise capable de les espionner

PHOTO: REUTERS
Reporters sans frontières (RSF) met en garde les journalistes contre l’application smartphone destinée à la propagande du président chinois Xi Jinping, qui pourrait servir à les espionner.

L’application pour smartphone à la gloire du président chinois Xi Jinping « Étudier Xi, renforcer le pays » disposerait d’une porte dérobée permettant d’exécuter des commandes et de recueillir des informations personnelles à l’insu de l’utilisateur. Selon l’entreprise de cybersécurité allemande Cure 53, qui a révélé l’information le mois dernier, l’application, conçue par le géant du e-commerce Alibaba pour le Parti communiste chinois, serait capable entre autres de modifier des fichiers, télécharger des applications, composer des numéros de téléphone ou encore allumer le micro de l’appareil. 


« Nous recommandons aux journalistes d’éviter à tout prix de télécharger ce logiciel qui risque de compromettre leur sécurité et celle de leurs sources, insiste Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l'Est de RSF. S’il est absolument nécessaire de l’installer, nous conseillons d’utiliser un appareil dédié à cet usage et ne contenant aucune information sensible. »


À compter de la fin de l'année, les journalistes chinois seront contraints d’utiliser cette application pour passer un examen de fidélité à la doctrine du Parti et du Président, obligatoire pour l’obtention et le renouvellement de la carte de presse. 


Lancée en février dernier, cette application smartphone donne accès à un grand nombre de documents de propagande et permet à l’utilisateur de tester son orthodoxie politique à la manière d’un jeu, avec un système de points et de récompenses à la clé. Selon la fondation Open Technology Fund, l’application aurait dépassé les 600 millions de téléchargements. 


La Chine se situe au 177e rang sur 180 pays et territoires dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2019, seulement deux rangs au dessus de la Corée du Nord.