Actualités

8 avril 2007 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières "profondément horrifiée" par l'assassinat de l'interprète afghan Adjmal Nasqhbandi


Reporters sans frontières est profondément horrifiée par l'assassinat, le 8 avril 2007, d'Adjmal Nashqbandi, interprète de l'ex-otage italien Daniele Mastrogiacomo, journaliste du quotidien La Repubblica, qui était détenu par les hommes du chef taliban mollah Dadullah depuis le 5 mars.
Reporters sans frontières est profondément horrifiée par l'assassinat, le 8 avril 2007, d'Adjmal Nashqbandi, interprète de l'ex-otage italien Daniele Mastrogiacomo, journaliste du quotidien La Repubblica, qui était détenu par les hommes du chef taliban mollah Dadullah depuis le 5 mars. "Sa mort nous plonge dans une grande tristesse. Nous voulons faire part à sa famille et à ses proches de notre douleur partagée. Mais l'horreur que nous inspire ce lâche assassinat est aussi mêlée de révolte. Adjmal Nashqbandi a été la victime d'une politique de deux poids, deux mesures, où la mobilisation n'a pas été à la hauteur du risque qu'il encourait. Après cet épouvantable épisode, il est urgent de trouver les moyens de protéger les collaborateurs locaux des journalistes étrangers, sans qui ces derniers ne pourraient absolument pas travailler", a déclaré l'organisation. Les taliban ont annoncé avoir décidé de tuer l'interprète afghan avant l'expiration de l'ultimatum, le 9 avril, en raison du refus des autorités afghanes de négocier la libération de certains de leurs militants comme ils l'exigeaient. Adjmal Nashqbandi, 23 ans, avait été enlevé le 5 mars dans la province d'Helmand, dans le sud de l'Afghanistan, avec l'envoyé spécial de La Repubblica. Ce dernier avait été relâché le 19 mars en échange de la libération de cinq militants taliban par les autorités afghanes. Le chauffeur du journaliste, Sayed Agha, avait été exécuté à l'expiration d'un premier ultimatum.