Actualités

2 juillet 2019 - Mis à jour le 4 juillet 2019

RDC : RSF se joint à JED pour demander la réouverture d’un média proche de l’opposition

Crédit : RTVS1
Reporters sans frontières (RSF) et Journaliste en danger (JED) condamnent la fermeture arbitraire d’un média proche de l’opposition, la première du genre depuis l’arrivée au pouvoir du président Félix Tshisekedi. RSF demande aux nouvelles autorités de ne plus recourir aux méthodes de censure qui prévalaient pendant l’ère Kabila.

Le signal de la Radio Télévision par Satellite (RTVS1) a été coupé en pleine journée, samedi 29 juin, alors que la chaîne, propriété d’Adolphe Muzito, l’un des leaders de l'opposition au président congolais Félix Tshisekedi, diffusait une émission au cours de laquelle des invités appelaient à participer à une manifestation interdite par les autorités.

“C’est un véritable acte de censure qui est en totale contradiction avec les promesses effectuées par le nouveau président en matière de liberté de la presse, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Les exactions commises contre les journalistes et les médias congolais sont en baisse depuis le début de l’année. Nous exhortons la nouvelle administration à ne pas revenir en arrière avec des méthodes de censure à l’oeuvre sous le régime de Joseph Kabila”.


Lors de son discours d'investiture le 24 janvier dernier, Félix Tshisekedi avait affirmé vouloir faire de la presse un “véritable quatrième pouvoir”. Lors de la journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai, il s’est engagé à en faire “un des moteurs essentiels de l’Etat de droit”. Dans une lettre conjointe à son attention RSF et JED lui avaient recommandé de mener à bien cinq chantiers prioritaires pour réaliser cet objectif dont la fin des arrestations de journalistes et des suspensions arbitraires de médias et la réforme du cadre légal répressif et criminalisant qui encadre l’exercice du journaliste en RDC.

La RDC, 154e sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF, est le pays d’Afrique subsaharienne où RSF a enregistré le plus d’entraves à l’exercice du journalisme en 2018.


Lire ci-joint le communiqué de Journaliste en danger, organisation partenaire de RSF :