Actualités

22 février 2019

Pologne : RSF dénonce les poursuites judiciaires abusives contre le quotidien Gazeta Wyborcza

Le Chef du parti Droit et Justice Jaroslaw Kaczyński / AFP
En réponse à la publication d’une série d’articles le mettant en cause dans une affaire de construction d'un gratte-ciel à Varsovie, le leader du parti au pouvoir Jaroslaw Kaczyński a demandé au procureur de poursuivre le quotidien Gazeta Wyborcza pour diffamation. L’article 212 du code pénal polonais faisant peser des peines d’emprisonnement sur les journalistes accusés de diffamation, Reporters sans frontières (RSF) dénonce fermement son utilisation qui vise clairement à faire taire les critiques des médias.

Le très respecté quotidien polonais Gazeta Wyborcza publie depuis plusieurs semaines une série d’articles sur les conditions douteuses qui entourent le projet de construction à Varsovie d’un gratte-ciel - la K tower pour Kaczyński - et mettent en cause le leader du parti au pouvoir, Jaroslaw Kaczynski. Celui-ci a refusé à plusieurs reprises de répondre aux questions des journalistes de Gazeta Wyborcza et a exigé du journal qu’il s’excuse et retire les articles incriminés sous peine de poursuites. Face à leur refus, Jaroslaw Kaczyński a mis ses menaces à exécution et demandé mercredi 20 février 2019  au procureur polonais d’engager des poursuites pour diffamation contre les journalistes faisant peser sur eux, en vertu du code pénal polonais, des peines d’emprisonnement.

 

“RSF dénonce avec fermeté des poursuites abusives contre un média indépendant victime de pressions diverses depuis l’arrivée au pouvoir du parti “Droit et Justice” il y a trois ans, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau Union européenne et Balkans de RSF. Mis en cause, Jaroslaw Kaczyński a choisi d’intimider les journalistes du quotidien et devant leur refus de plier, de saisir une justice qu’il contrôle depuis la réforme du système judiciaire polonais qu’il a menée. RSF apporte son soutien à Gazeta Wyborcza et exhorte Jaroslaw Kaczynski à renoncer à ces méthodes autoritaires.

 

Après avoir transformé les médias publics en un instrument de propagande, le pouvoir polonais tente de faire taire les médias indépendants et critiques. RSF avait d’ailleurs dénoncé en décembre l’intensification des pressions exercées par le parquet et appelé les autorités à cesser de harceler les médias.

La Pologne occupe la 58e place sur 180 au Classement mondial 2018 de la liberté de la presse, publié par RSF après avoir dégringolé année après année depuis 2015.