Actualités

17 décembre 2016 - Mis à jour le 9 février 2017

Pologne : RSF dénonce de nouvelles mesures limitant l’accès du Parlement aux médias

Manifestation devant le Parlement polonais / AFP
Après avoir mis la main sur la télévision et la radio publiques polonais l’an dernier, le parti conservateur Droit et Justice prévoit à partir du 1er janvier 2017 de limiter l’accès des journalistes au Parlement. Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète de cette nouvelle dérive qui constitue une entrave à la liberté de l’information.

Pour protester contre une nouvelle règlementation qui prévoit de limiter l’accès des journalistes au parlement polonais, des dizaines de députés de l’opposition ont occupé et bloqué pendant plusieurs heures la tribune de l’hémicycle vendredi 16 décembre 2016.


Au même moment, répondant à l'appel du mouvement de défense de la démocratie (KOD), des centaines de personnes se sont regroupées à l’extérieur du bâtiment pour dénoncer de nouvelles atteintes à la liberté de la presse en scandant des slogans hostiles au gouvernement.


Les dispositions contestées prévoient que seules les caméras officielles de 5 télévisions seront autorisées à filmer les débats tandis que chaque organe de presse n'aura plus droit qu'à deux journalistes accrédités en permanence dans le Parlement. Des mesures très restrictives visant à protéger les députés de la presse qui rencontrait déjà des difficultés pour travailler dans l’enceinte du Parlement.


RSF n’a cessé, depuis le retour au pouvoir du parti conservateur Droit et justice (PiS) fin 2015, de dénoncer les mesures visant à renforcer son contrôle sur les médias publics et à affaiblir le tribunal constitutionnel, la plus haute instance judiciaire du pays.


Avec les textes sur les médias adoptés depuis le début de la législature, l'indépendance de la presse est sérieusement mise à mal : médias publics aux ordres, journalistes soumis à la contrainte économique et médias privés étouffés. Ce sont là de très graves atteintes aux valeurs qui fondent l’Union européenne, en particulier celles de liberté, de démocratie, de l'État de droit et de pluralisme, censées être communes aux États membres, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau UE-Balkans de Reporters sans frontières.

Avec ces nouvelles mesures, le gouvernement s’attaque non seulement au travail des journalistes mais aussi au droit des citoyens d’être librement informés du travail des parlementaires qu’ils ont eux-mêmes élus.”


En signe de protestation, une vingtaine de médias polonais, dont des télévisions commerciales, les quotidiens Gazeta Wyborcza et Rzeczpospolita et des radios privées avaient décidé de boycotter les travaux du Parlement vendredi.


La Pologne, qui occupe la 47ème place (sur 180) au Classement mondial de la liberté de la presse RSF 2016, a perdu 29 places cette année.