Actualités

21 mars 2018

Pologne : Abandon des poursuites judiciaires contre le journaliste d’investigation Tomasz Piatek

Le journaliste d'investigation Tomasz Piatek / DR
Le bureau du procureur polonais a reconnu le 15 mars dernier que les accusations de "terrorisme" pesant sur le journaliste polonais Tomasz Piatek n'étaient pas justifiées et a abandonné les charges retenues contre lui. Reporters sans frontières (RSF) salue cette décision qui rend justice à un journaliste qui n'a fait qu'exercer sa mission d'informer.

C’est la publication, en juin dernier, du livre d'enquête Macierewicz et ses secrets qui a mis le feu aux poudres. Dans cet ouvrage, le journaliste Tomasz Piatek révélait les liens supposés du ministre polonais de la Défense de l’époque, Antoni Macierewicz avec les services spéciaux russes. Dans la foulée, le responsable politique qui aurait pu poursuivre le journaliste devant la justice civile ou pénale, l’attaquait pour terrorisme” devant un tribunal militaire.


Dans une lettre adressée au ministre de la Défense, RSF et d'autres organisations s’étaient élevées contre le caractère sans précédent de cette plainte qui faisait encourir une peine de trois ans de prison au journaliste et avaient appelé le ministre à renoncer à ses poursuites.


Le parquet de Varsovie, auquel l’enquête a été confiée, a jugé dans une décision du 15 mars 2018 que l’affaire ne relevait pas des compétences de la justice pénale, et que si l’ancien ministre Macierewicz se considérait victime de diffamation de la part de Tomasz Piatek, il aurait dû l’attaquer au civil.


RSF se réjouit de cette décision qui rend justice à un journaliste d’investigation poursuivi pour avoir exercé sa mission d’informer. Le fait que le parquet -contrôlé par le parti au pouvoir PIS suite à la réforme du système judiciaire polonais - considère que ces accusations n’ont aucun sens et qu’elles sont infondées souligne l’absurdité de cette procédure intentée contre Tomasz Piatek,” déclare Pauline Adès-Mével, responsable de la zone Union européenne et Balkans de RSF.


Depuis bientôt deux ans et l’arrivée au pouvoir du parti ultraconservateur PiS (Droit et justice) qui a mis en place une série de réformes très controversées, Reporters sans frontières dénonce des atteintes à la liberté de la presse et au pluralisme en Pologne.


Le pays, qui occupe le 54ème rang (sur 180) au Classement mondial de la liberté de la presse RSF 2017, a encore perdu sept places cette année après un recul spectaculaire de 29 places l’année précédente.