Actualités

3 décembre 2019

Philippines : victime d'un homicide il y a un mois, le reporter Benjie Caballero succombe à ses blessures

Les poumons percés de deux balles, le journaliste était traité dans un hôpital privé de Davao (image : B. Caballero / Facebook - DB / RSF) .
Blessé par quatre balles tirées à bout portant le 30 octobre dernier, le journaliste radio est finalement décédé le 1er décembre. Reporters sans frontières (RSF) demande au gouvernement philippin de faire toute la lumière sur cet assassinat, et de mettre fin au cycle d’impunité qui caractérise les crimes commis contre les professionnels des médias.

Il avait été attaqué en plein jour, devant chez lui, par deux individus à moto. Benjie Caballero, responsable de la station Radyo ni Juan dans sa ville de Tacurong, sur l’île de Mindanao, au sud des Philippines, avait, selon ses proches, fait part sur Facebook de menaces portées à son endroit quelques jours avant cette attaque devenue mortelle.


Président du Groupe de travail pour la sécurité des médias dans sa province de Sultan Kudarat, Benjie Caballero était notamment célèbre pour ses critiques ouvertes adressées à l’encontre d’un puissant clan politique de la province voisine de Maguindanao. 


Les poumons percés de deux balles, le journaliste était traité dans un hôpital privé de Davao City. Il y a moins d’une semaine, sa famille, livrée à elle-même, avait lancé un appel public pour récolter des fonds en urgence destinés à payer ses factures médicales. En vain, puisque le journaliste est décédé dimanche 1er décembre, des complications d’une pneumonie.


“Le décès de Benjie Caballero est d'autant plus choquant qu’il aurait sans doute pu être évité si les pouvoirs publics avaient débloqué les moyens requis pour s’assurer qu’il reçoivent les soins nécessaires, déclare Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF. Le fait qu’il était lui-même personnellement impliqué dans la sécurité de ses consœurs et confrères reporters ajoute une dimension tragique à ce crime. Plus que jamais, les autorités doivent identifier et sanctionner les exécutants et les commanditaires de cet assassinat, qui ne doit pas rester impuni comme c’est trop souvent la règle aux Philippines.”


La ville de Tacurong, où Benjie Caballero a été abattu, se trouve à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau de celle d’Ampatuan, devenue célèbre pour avoir été le cadre du massacre de 32 journalistes - le pire de l’histoire -, intervenu il y a dix ans, le 23 novembre 2009. A la veille de ce funèbre anniversaire, RSF avait retracé le fil des investigations et les nombreuses entraves au travail de la justice pour poursuivre et condamner les coupables présumés de ce meurtre de masse. Un verdict est finalement attendu le 19 décembre prochain.


Les Philippines se classent à la 134e position sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2019 établi par RSF.