Actualités

5 mars 2018 - Mis à jour le 16 mai 2018

Ouzbékistan : Yousouf Rouzimouradov libéré après 19 ans en prison

Crédit : Radio Ozodlik (RFE/RL)
Après avoir passé 19 ans dans les prisons ouzbèkes, le journaliste Yousouf Rouzimouradov a été remis en liberté, le 22 février 2018. Reporters sans frontières (RSF) exprime son profond soulagement et appelle les autorités à libérer les neuf journalistes toujours derrière les barreaux.

Il était l’un des journalistes emprisonnés depuis le plus longtemps au monde. Yousouf Rouzimouradov, qui travaillait pour le principal journal d’opposition ouzbek Erk, avait été arrêté en 1999, puis condamné à 15 ans de prison pour complot contre l’Etat. Torturé pendant sa détention, il avait vu sa peine prolongée au moins deux fois jusqu’à ce qu’il ne recouvre enfin sa liberté le 22 février, à l’âge de 64 ans.


“C’est avec un grand soulagement que nous avons appris la libération de Yousouf Rouzimouradov, même si il n’aurait jamais dû être emprisonné, déclare RSF. Nous exhortons les autorités à libérer immédiatement les neuf autres journalistes et collaborateurs de médias injustement emprisonnés en Ouzbékistan.”


Plusieurs journalistes et défenseurs de droits humains ont été libérés depuis la mort de l’ancien président Islam Karimov, en août 2016, notamment le rédacteur en chef de Erk Muhammad Bekjanov, remis en liberté en février 2017 après 18 ans d’incarcération. Son collègue Jamshid Karimov a été libéré un mois plus tard après avoir été enfermé près de dix ans dans un hôpital psychiatrique. Le reporter Solidjon Abdourakhmanov a été libéré à son tour en octobre 2017 après neuf ans de prison.


Au moins trois autres journalistes — Bobomurod Abdoullaev, Barno Khudoyorova et Gayrat Mikhliboev — et le blogueur Hayot Nasriddinov restent cependant emprisonnés du fait de leurs activités professionnelles. Cinq autres journalistes, tous collaborateurs du journal Irmok, sont toujours détenus bien que leur libération avait été annoncée il y a quelques mois. Le pays occupait la 169e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2017 de RSF.