Actualités

24 juillet 2020

Mort du journaliste saoudien Saleh Al-Shehi, “l’écrivain du prolétariat” : RSF réclame une enquête indépendante

L’éminent journaliste saoudien Saleh Al-Shehi est mort deux mois après sa sortie de prison, des suites d’une maladie - probablement le Covid-19. Reporters sans frontières (RSF) réclame une enquête indépendante internationale sous égide de l’ONU pour déterminer le degré de responsabilité des autorités saoudiennes.

L’annonce de son décès a fait l’effet d’une bombe. Le journaliste Saleh Al-Shehi est mort le 19 juillet 2020 des suites d’une maladie qui n’a pas été précisée. Certains médias, comme le quotidien local Al-Riyadh, évoquent trois semaines de complications liées au Covid-19, mais sa famille n’a pas donné davantage de détails.


Saleh Al-Shehi avait été libéré le 19 mai, à la surprise générale. A l’époque, RSF n’avait pas eu d'explications sur les raisons qui avaient motivé cette décision ni si la libération était conditionnelle ou non. Son état de santé s'est ensuite rapidement dégradé et son fils Watan a publié le 26 juin une prière pour souhaiter sa guérison. Mais selon son neveu Mohamed, qui a publié le même jour, Saleh Al-Shehi était déjà en soins intensifs depuis plus de dix jours.


Éminent journaliste, surnommé “l’écrivain du prolétariat” par son collègue en exil et ami Jamal Khashoggi - assassiné au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en octobre 2018, Saleh Al-Shehi travaillait pour le quotidien réformiste Al-Watan. Il écrivait sur la pauvreté, sur le népotisme au sein des élites ou encore invitait au débat sur les grandes réformes en cours. En décembre 2017, il est arrêté après être apparu dans l’émission “Ya Hala” sur la chaîne locale Rotana. Il y avait expliqué le phénomène de la corruption au sein de la cour royale.


En février 2018, il est condamné à cinq ans d’emprisonnement assortis de cinq ans d’interdiction de quitter le territoire pour “outrage à la cour royale”. Quelques mois avant son assassinat, Jamal Khashoggi, l’avait défendu sur divers médias : “Saleh Al-Shehi est courageux. (...) Celui qui veut être indépendant et éveiller les consciences, il s’en va à l’étranger et parle en toute liberté. Saleh Al-Shehi, lui, est allé droit vers le suicide avec ses articles (à l’intérieur du Royaume, ndlr)”.


RSF réclame une enquête internationale indépendante sous égide de l’ONU pour faire toute la lumière sur un lien éventuel entre la mort de Saleh Al-Shehi et ses conditions de détention, réagit Sabrina Bennoui, responsable du bureau Moyen-Orient à RSF. Sa libération précipitée deux mois avant sa mort laisse planer des doutes et nécessite des explications et de la transparence de la part des autorités saoudiennes. Si le journaliste est tombé malade en prison, elles doivent en assumer l’entière responsabilité.


Par ailleurs, RSF a appris ce mercredi l’arrestation du commentateur politique Akl Al-Bahli, emprisonné le 29 avril dernier, après avoir présenté ses condoléances à l’annonce du décès du défenseur des droits de l’Homme Abdullah Al-Hamid, mort en détention par négligence médicale. 


L’Arabie saoudite occupe la 170e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.