Actualités

23 septembre 2019 - Mis à jour le 25 septembre 2019

Mexique : RSF se mobilise contre l’impunité des crimes contre les journalistes

Six mois après avoir saisi la Cour pénale internationale (CPI) des crimes commis contre les journalistes au Mexique, Reporters sans frontières (RSF) rappelle l’urgence pour les autorités mexicaines de mettre en place un plan d’urgence pour la justice.

Le 12 mars dernier, le secrétaire général de RSF Christophe Deloire annonçait, lors d'un entretien officiel avec le secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme Alejandro Encinas, avoir saisi la Cour pénale internationale (CPI) des crimes commis contre les journalistes au Mexique entre 2006 et 2018. La communication, envoyée officiellement à la CPI le 11 mars 2019 et préparée conjointement avec l’organisation mexicaine CIC Propuesta Cívica, vise 116 crimes commis contre les journalistes au cours des mandats des présidents Felipe Calderon (2006-2012) et Enrique Peña Nieto (2012-2018), à savoir 102 assassinats et 14 disparitions forcées, restés pour leur immense majorité dans l’impunité.

La communication envoyée à la CPI démontre que des crimes contre l'humanité ont été perpétrés au Mexique entre 2006 et 2012, relevant de la compétence de la CPI. RSF souhaite que cette communication permette d’appuyer les efforts de la nouvelle administration du président Lopez Obrador dans la lutte contre l’impunité, dans une logique de complémentarité de la justice internationale à la justice nationale.

Lors de ce rendez-vous avec Alejandro Encinas, RSF a exhorté les autorités mexicaines à placer la justice en état d’urgence, à mettre en oeuvre sans délai un plan de lutte contre l’impunité et à respecter les obligations internationales du Mexique s’agissant de la protection des journalistes. Depuis cette saisine, aucune mesure n’a été prise par le gouvernement ; RSF a appelé à plusieurs occasions le président Lopez Obrador à saisir lui-même la CPI pour compter avec son analyse et sa contribution dans la réalisation du plan d’urgence pour la justice. Des appels restés sans réponses.

A l’occasion des 6 mois de la saisine, RSF et Propuesta Civica ont décidé de rendre public le document officiel remis à la CPI (disponible en espagnol et en anglais, et téléchargeable ci-dessous) et réitère son appel aux autorités à renforcer les moyens d’enquête des autorités mexicaines sur les crimes commis contre les journalistes.

Ce vendredi 20 septembre 2019, Paul Coppin, Responsable du pôle juridique chez RSF, a rencontré à La Haye Emeric Rogier, chef de la Section d'analyse de situation au sein du bureau du procureur de la CPI, accompagné de représentants de la FIDH et de l'organisation mexicaine CMDPDH, également auteurs de communications à la CPI sur le Mexique. Cette rencontre a été l'occasion d'interroger le bureau du procureur sur l'avancée de l'examen préliminaire de ces communications, de l'inciter à demander l'ouverture d'une enquête, et de rappeler l'urgence pour le Mexique de voir la justice internationale contribuer à la lutte contre l'impunité des crimes commis contre les journalistes.

Par ailleurs, à l’occasion de la Journée Internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre les journalistes des Nations Unies, le 2 novembre 2019, RSF et une coalition internationale d’ONGs participera à une mission de travail à Mexico afin de porter ses recommandations auprès des les autorités et de trouver des solutions concrètes pour faire reculer cette impunité.

RSF rappelle qu’en 2019, au moins 10 journalistes mexicains ont été assassinés en lien direct avec leur travail, faisant du pays le plus dangereux du monde pour la presse. Le Mexique est classé au 144e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2019 publié par RSF.