Actualités

26 juillet 2017

Mehdi Karoubi hospitalisé pour la sixième fois en six ans de détention

Reporters sans frontières (RSF) se déclare préoccupée par l’état de santé de Mehdi Karoubi, propriétaire du journal suspendu Etemad Melli et ancien président du Parlement. Il a été hospitalisé à Téhéran, le 24 juillet 2017, à la suite d’un malaise cardiaque.

Le 24 juillet, à la suite d’un malaise, la médecine “d’urgence”, puis ceux du ministère des Renseignements ont ausculté Mehdi Karoubi et donné leur accord pour qu’il soit transféré en urgence dans un hôpital de Téhéran, selon sa famille.


En résidence surveillée depuis six ans, Mehdi Karoubi, 79 ans, a été hospitalisé à six reprises, souffrant de plusieurs maladies, notamment de malaises cardiaques, liés notamment à ses conditions de réclusion et son impossibilité de se déplacer.

Le ministère des Renseignements a transformé une partie de la maison de Mehdi Karoubi en prison, surveillée par 12 gardiens, qui empêchent des membres de sa famille de lui rendre visite.


« Hassan Rohani a profité de sa crédibilité et SA popularité chez les sympathisants du mouvement vert pendant ses deux élections mais n'a rien fait pour sa libération. Il pourrait au moins «légaliser» les conditions de sa surveillance et faire sortir les agents du ministère des renseignements de sa maison. Mais il n’a rien fait», déclare Taghi Karoubi, son fils, contactée par RSF.


«Le gouvernement de Hassan Rohani doit mettre un terme à cette situation et tenir sa promesse aux millions d’Iraniens qui réclament pour Mehdi Karoubi, Mir Hossein Mousavi, et sa femme la levé de la résidence surveillée, alerte Reza Moini, responsable du bureau Iran/Afghanistan de Reporters sans frontières. Il ne doit pas oublier que ce sont ces engagements en faveur de la liberté d'expression et de la presse et de la libération des prisonniers politiques, qui ont poussé les progressistes iraniens, notamment les jeunes et les femmes, à massivement voter pour lui


Mehdi Karoubi et Mir Hossein Mousavi, ancien Premier ministre et propriétaire du journal suspendu Kalameh Sabaz, et son épouse, l’écrivain Zahra Rahnavard, sont placés illégalement en résidence surveillée depuis le 24 février 2011, privés de tous leurs droits. Leur état de santé est très inquiétant. Ces leaders du mouvement de protestation contre la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2008 sont considérés par les responsables du régime comme les “têtes de sédition’.


RSF rappelle que les détentions arbitraires de Mehdi Karoubi, Mir Hossein Mousavi et de son épouse Zahra Rahnavard n’ont aucune base légale au regard du droit national et des normes internationales. Ces emprisonnements constituent une violation flagrante de la Déclaration universelle des droits de l'homme alors qu'ils sont privés du droit à un procès équitable.


L’Iran est classé 165e sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2017 de Reporters sans frontières.