Actualités

25 février 2021

Malte : une première condamnation et un début de justice pour Daphne Caruana Galizia

Reporters sans frontières (RSF) salue les progrès de l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte, où l’un des trois hommes de main vient d’être condamné à 15 ans de prison et où trois individus soupçonnés d’avoir fourni l’explosif qui a tué la reporter ont été arrêtés. Longtemps attendus, ces premiers pas vers la justice pour ce meurtre odieux révèlent combien il est urgent que toute la lumière soit enfin faite sur cette affaire.


Actualisation : le 24 février, quatre hommes ont comparu en audience, tard dans la soirée, pour leurs liens avec l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, entre autres crimes : les frères Adrian et Robert Agius, Jamie Vella et George Degiorgio. Ils ont tous plaidé “non coupable”. Le commissaire de police Angelo Gaffa a déclaré qu’il considérait que tous les individus impliqués dans l’assassinat de la journaliste étaient désormais en détention. RSF souligne toutefois la nécessité que chacun des commanditaires soit identifié et amené devant la justice.


Quinze ans de prison et 42 000 euros de frais de justice. C’est la sentence qui a été rendue ce 23 février, à Malte, à l’encontre de Vincent Muscat après qu’il a plaidé coupable dans sa participation à l’assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, en octobre 2017, notamment en plaçant la bombe qui l’a tuée. Il est l’un des trois hommes de main détenus depuis décembre 2017 pour leurs liens avec cet acte. Les deux autres, les frères Alfred et George Degiorgio, toujours incarcérés, continuent de nier leur implication.

Le même jour, trois hommes soupçonnés d’avoir fourni l’explosif utilisé pour piéger la voiture de la journaliste ont été arrêtés : les frères Adrian et Robert Agius, et leur complice, Jamie Vella. Tous trois figuraient parmi les dix hommes appréhendés à l’origine en relation avec l’assassinat, le 4 décembre 2017, mais ils avaient été relaxés. Ils sont cités dans le rapport de RSF et de Shift News, publié en octobre 2018, faisant état, un an après les faits, des manquements de la justice maltaise.


« Ces derniers événements marquent un début de justice pour l’assassinat de Daphne Caruana Galizia. Il reste qu’ils ont longtemps tardé, ce qui pose la question de savoir pourquoi plus de trois ans ont été nécessaires pour en arriver là, déclare la directrice des campagnes internationales de RSF, Rebecca Vincent. En dépit de la condamnation de Vincent Muscat, personne n’a encore été amené devant le tribunal dans cette affaire. Aujourd’hui, il est plus urgent que jamais que tous ceux impliqués dans chaque aspect de cet acte odieux soient identifiés et jugés. RSF reste engagée dans son combat pour que justice soit rendue pour Daphne Caruana Galizia. »


Dans une déclaration communiquée par son avocat, la famille de la journaliste a fait part de son espoir que cette condamnation soit un premier pas pour que toute la lumière soit faite,  notant que « le macabre assassinat de Daphne Caruana Galizia était prémédité et aurait dû être empêché ».


Pour quelle raison ce soudain développement dans l’affaire a-t-il mis tant de temps à se produire ? Difficile à dire. Il y a plus de deux ans, Vincent Muscat avait d’abord requis une grâce présidentielle en échange d’informations - demande rejetée par le Premier ministre Robert Abela en janvier dernier. Ce dernier affirme aujourd’hui que ces derniers événements montrent que « c’est un pays où règne véritablement l’état de droit » - ce qui entre en complète contradiction avec les conclusions des groupes internationaux d’experts comme la Commission de Venise et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.


Le commanditaire présumé de l’attentat, Yorgen Fenech, reste lui aussi en détention pour ses liens avec l’assassinat, tandis que la collecte de preuves à son encontre se poursuit. L’intermédiaire Melvin Theuma, qui s’est livré de lui-même à la justice, a témoigné pour la première fois devant le tribunal il y a trois semaines. En juillet 2020, il avait été hospitalisé pour de graves blessures - il avait notamment la gorge tranchée, ce qu’il se serait infligé lui-même, selon la police. L’enquête indépendante publique sur l’assassinat de Daphne Caruana Galizia continue, elle aussi, d’examiner les preuves.


Malte occupe le 81e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.