Actualités

11 mars 2019 - Mis à jour le 12 mars 2019

Malte : de nouvelles menaces contre The Shift News révèlent la pratique abusive de lois sur la diffamation

Une nouvelle menace d’action en justice contre la plateforme de journalisme d’investigation maltaise The Shift News met en évidence le recours de plus en plus abusif, au niveau international, à des lois sur la diffamation pour réduire au silence des enquêtes d'intérêt public. Reporters sans frontières (RSF) condamne cette nouvelle tentative de pression sur The Shift News et souligne la nécessité de prendre des mesures contre les menaces que la pratique des procès en diffamation fait peser sur le journalisme, et plus généralement sur la liberté de la presse.

Le 6 mars 2019, The Shift News a reçu une lettre du cabinet d’avocats londonien Simons Muirhead & Burton. Elle demandait, au nom du banquier russe Ruben Vardanyan, la suppression d’un article publié le 4 mars sous le titre « Troika Laundromat : comment les Russes ont transféré leur argent à l’Ouest ».


Cet article faisait état des révélations de l’enquête « Troika Laundromat » réalisée par l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP). Celle-ci révèle l’existence d’un système complexe de blanchiment d'argent organisé autour de la banque privée d’investissement russe Troika Dialog, qu’a dirigée Vardanyan. Dans sa lettre, le cabinet Simons Muirhead & Burton affirmait que l’article impliquait « des conséquences défavorables potentiellement très graves » pour Vardanyan, et déclarait : « Nous exigeons le retrait immédiat de l’article. »


The Shift News s’impose aujourd’hui comme l’un des seuls médias maltais qui, après l’assassinat de la journaliste Daphné Caruana Galizia en octobre 2017, continue de pratiquer un journalisme d’investigation de fond sur des sujets sensibles comme la corruption. Il a déjà subi plusieurs menaces de poursuites en diffamation, notamment de la part de Henley & Partners, une entreprise londonienne de conseil en citoyenneté mondiale et en résidence. The Shift News a toujours refusé de se plier aux demandes de retrait de contenu et a déclaré qu’il ne répondra pas à la demande de Vardanyan.


« Nous condamnons cette nouvelle menace comme étant la plus récente d’une longue série de tentatives visant à faire pression sur The Shift News, qui continue courageusement à mener des enquêtes risquées que d’autres n’osent même pas envisager. Elle souligne également l’abus croissant, au niveau international, de lois sur la diffamation pour étouffer les reportages d’investigation d’intérêt public - bien trop souvent avec l’implication de sociétés basées à Londres dans ce qui se résume à des tentatives de censure de médias indépendants », a déclaré Rebecca Vincent, directrice du bureau de RSF à Londres.


A Malte, la loi sur la diffamation a fait l’objet d’utilisations abusives : plus de 16 mois après son assassinat, un total de 27 actions en diffamation contre Daphné Caruana Galizia sont toujours en cours à titre posthume. L’une a été engagée par le Premier ministre Joseph Muscat – qui poursuit également le fils de la journaliste, Matthew Caruana Galizia. Deux autres actions ont été initiées par Keith Schembri, chef de cabinet de Mascate, et une par Konrad Mizzi, ministre du Tourisme, qui, aujourd’hui, a abandonné deux poursuites contre Caruana Galizia liées aux articles de Panama.


Le 4 mars, Rebecca Vincent, directrice du bureau de RSF à Londres, a participé à un atelier à la faculté de droit de l’université d’Aberdeen, où des experts internationaux ont examiné le recours croissant aux Poursuites stratégiques contre la participation publique (Strategic Lawsuits Against Public Participation, ou SLAPP), les actions contre The Shift Newset Daphne Caruana Galizia ayant servi d’études de cas. RSF et d'autres participants se sont engagés à explorer d’autres possibilités de collaboration pour faire face aux menaces croissantes que l’abus des lois sur la diffamation fait peser sur le journalisme et la liberté de la presse en général.


Malte occupe la 65e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF.