Actualités

16 février 2018

Le Parlement portugais vote à l’unanimité un renforcement de la protection juridique et pénale des journalistes

DR
Deux projets de loi destinés à aggraver les peines pour des crimes commis contre les journalistes ont été adoptés par le Parlement portugais vendredi 9 février. Reporters sans frontières (RSF) salue une initiative positive qui va dans le sens de ses recommandations en faveur d’une meilleure protection des journalistes.

Au Portugal, les journalistes pourront désormais bénéficier d’un statut particulier protégé. Déposés par le Parti socialiste (PS) et le Bloc de gauche (BE), les propositions législatives visent à modifier l’article 132 du code pénal portugais et à renforcer la protection juridique et pénale des professionnels des médias. En vertu de ces textes, les journalistes entrent dans la catégorie des professions “protégées” aux côtés des magistrats , avocats, témoins, forces de sécurité, arbitres sportifs, contre lesquels commettre notamment une infraction peut donner lieu à des sanctions pénales. Sont considérées comme infractions l’homicide, les atteintes à l’intégrité physique, la séquestration, la menace, la contrainte ou encore la diffamation et l’injure.


RSF a comptabilisé trois agressions d'équipes de reportage au Portugal en 2017 mais l’une d’elles en particulier a provoqué une onde de choc dans le pays et donné lieu à une réflexion sur le sujet. En mars 2017, une équipe de la télévision publique RTP s’était rendue dans une école pour effectuer un reportage sur un scandale d’agression sexuelle avant d’être violemment agressée par des parents d'élèves. Cette attaque, filmée, avait conduit le Conseil de rédaction de la chaîne à demander à être auditionné par des parlementaires afin d’envisager des mesures pour protéger les journalistes et la liberté d’informer.


Nous avons cherché une solution visant à réduire le nombre d’exactions potentielles, à protéger l’intégrité physique et la liberté de mouvement des journalistes,” explique l’un des initiateurs de la loi, le député Jorge Campos (BE). Le parlementaire rappelle que cette loi voit le jour à un moment où le secteur des médias est particulièrement troublé et où la profession souffre d’une grande précarité, ce qui empêche souvent les journalistes de porter plainte, étant dans l'incapacité de supporter les frais de justice.


“Reporters sans frontières salue cette initiative positive votée par le Parlement portugais qui vise à renforcer l’arsenal juridique destiné à protéger les journalistes dans l’exercice de leur profession, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau UE-Balkans de RSF.

Ces mesures vont dans le sens des préconisations de RSF qui promeut un renforcement des règles internationales relatives à la sécurité des journalistes et oeuvre à l’instauration d’un mandat dédié à cette tâche, celui de Représentant spécial du secrétaire général à la protection des journalistes. RSF émet également des recommandations pour renforcer les cadres légaux au niveau des Etats.” *


Le Portugal occupe la 18ème place au Classement mondial de la liberté de la presse 2017 de RSF.


*Plus d’informations sur la campagne #ProtectJournalists sur cette page, ainsi qu’une liste de plus de 130 médias et ONG qui soutiennent l’initiative.