Actualités

26 novembre 2009 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le bilan s'élève à 30 journalistes assassinés


Reporters sans frontières prend acte de l'arrestation du principal suspect, Andal Ampatuan Jr, pour le massacre de 57 personnes dans la province de Maguindanao. Selon des journalistes locaux contactés par l'organisation, le bilan s'élève à 30 professionnels des médias assassinés lors de la tuerie. "Tous les corps ont été retrouvés et leur identification est presque terminée. Selon le décompte effectué par les médias locaux, nous avons perdu 30 collègues dans cette tragédie", a expliqué un reporter basé à Koronadal. Les autorités locales préparent une veillée funèbre pour rendre hommage aux victimes. Le gouvernement a accordé une assistance financière aux familles. ------- 25 novembre 2009 Selon des journalistes présents sur les lieux du massacre dans la province de Maguindanao, un total 26 journalistes auraient été tués par les partisans du gouverneur Ampatuan, le 23 novembre 2009. "Ce bain de sang est au-delà de la compréhension humaine. J'ai perdu douze de mes collègues dans cette tuerie", a expliqué un journaliste de Koronadal (Mindanao) à Reporters sans frontières après s'être rendu sur les lieux. "Alors que le bilan de ce massacre ne cesse de s'alourdir, le fils du gouverneur de la province, principal suspect, n'a toujours pas été inquiété par la police. La présidente Gloria Arroyo affirme son intention d'arrêter et de faire juger les auteurs de ce massacre, mais les informations collectées sur le terrain indiquent pour l'instant le contraire. Pourquoi le fils du gouverneur et le gouverneur lui-même n'ont pas été tout simplement appréhendés ? Les puissants barons de Mindanao seraient-ils plus puissants que la loi ? La crédibilité du gouvernement philippin dépend de la résolution de cette tragédie", a affirmé l'organisation. Interrogé par Reporters sans frontières, Nonoy Espina de l'organisation de journalistes NUJP, présent à Mindanao, a déclaré : "Le décompte et l'identification des corps sont lents, mais il semble maintenant que 26 journalistes originaires de plusieurs villes ont été tués. (…) Le gouvernement n'en fait pas assez pour arrêter les coupables. Comment le conseiller de la présidente peut-il se féliciter d'avoir obtenu des engagements du gouverneur, alors que son fils, principal suspect, est toujours libre ? Face à ce massacre, il n'est pas décent d'accepter de simples promesses." Informations recueillies par Reporters sans frontières : Victimes : Au moins 57 civils, dont 26 journalistes principalement originaires de General Santos et Koronadal (province de Cotabato Sud). Les reporters travaillaient pour des journaux locaux ou nationaux, des stations de radios et des chaînes de télévision. Parmi les journalistes assassinés, Alejandro “Bong” Reblando du Manila Bulletin, Henry Araneta de la radio DZRH, Bart Maravilla de Bombo Radyo Koronadal, Nap Salaysay de DZRO, Ian Subang du Pilipino Star Ngayon et Dadiangas Times, ainsi que les reporters indépendants Humberto Mumay, Ranie Razon, Noel Decena, John Caniba, Joel Parcon, Marife Montano, Art Belia et Jun Legarta. Quatre reporters de la chaîne UNTV auraient été tués : Joy Duhay, Victor Nuñez, Macario Ariola et Jimmy Cabillo. Des médias philippins ont également donné les noms de Leah Dalmacio de Mindanao Focus, Gina de la Cruz et Marites Cablitas de Today, Andy Teodoro du Mindanao Inquirer, Bienvenido Lagarte du Sierra News, Neneng Montaño de l'hebdomadaire Saksi, Rey Merescon de MindaNews. Suspects : Un groupe d'hommes armés et de policiers dirigés par Andal Ampatuan Jr, fils du gouverneur de la province de Maguindanao. Andal Ampatuan Jr, maire de Datu Unsay et membre du parti présidentiel, n'a pas été arrêté et serait dans la demeure familiale dans la capitale de la province. Selon des témoins et des officiers de l'armée, le gouverneur avait donné son accord pour cette embuscade afin d'empêcher son rival d'être candidat. Des assaillants auraient violé, torturé et décapité certaines victimes. La plupart des corps ont été trouvés dans des fosses communes. Où ? Les membres du convoi ont été pris en otages le 23 novembre vers 9 heures du matin sur la route allant à Shariff Aguak, l'une des principales villes de la province. Le massacre a eu lieu à proximité des villages de Salman et Malating, à une dizaine de kilomètres de la route principale. Pourquoi ce massacre ? Pour empêcher l'homme politique Esmael Mangundadatu, rival du clan Ampatuan, d'être candidat aux élections locales de 2010. Son épouse, l'une des victimes, se rendait en convoi pour l'inscrire auprès de l'administration électorale. Pourquoi les journalistes ont-ils été assassinés ? Selon des reporters locaux, la trentaine de journalistes présents dans le convoi pour couvrir cette initiative politique, aurait été tué pour faire disparaître tous les témoins des assassinats des proches d'Esmael Mangundadatu. Des avocats et des fonctionnaires locaux sont parmi les victimes. Actions de la police et l'armée : Plusieurs officiers de la police de Maguindanao ont été placés aux arrêts dans une caserne. L'armée a annoncé que la milice du clan Ampatuan serait désarmée. Après avoir décrété le jeudi 26 novembre, jour de deuil national, Gloria Arroyo a déclaré, le 25 novembre : "C'est un acte particulièrement inhumain qui défigure notre Nation. Les auteurs n'échapperont pas à la justice. La loi les poursuivra jusqu'à ce qu'ils soient attrapés." En mars 2005, des représentants de Reporters sans frontières s'étaient rendus à Mindanao, notamment dans cette région, pour enquêter sur les assassinats de journalistes : http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=13603 Liste des journalistes assassinés : 1. Adolfo, Benjie, Gold Star Daily, Koronadal City 2. Araneta, Henry, Radio DZRH, General Santos City 3. Arriola, Mark Gilbert “Mac-Mac," UNTV, General Santos City 4. Bataluna, Rubello, Gold Star Daily, Koronadal City 5. Betia, Arturo, Periodico Ini, General Santos City 6. Cabillo, Romeo Jimmy, Midland Review, Tacurong City 7. Cablitas, Marites, News Focus, General Santos City 8. Cachuela, Hannibal, Punto News, Koronadal City 9. Caniban, John, Periodico Ini, General Santos City 10. Dalmacio, Lea, Socsargen News, General Santos City 11. Decina, Noel, Periodico Ini, General Santos City 12. Dela Cruz, Gina, Saksi News, General Santos City 13. Dohillo, Eugene, UNTV, General Santos City 14. Duhay, Jhoy, Gold Star Daily, Tacurong City 15. Gatchalian, Santos, DXGO, Davao City 16. Legarte, Bienvenido, Jr., Prontiera News, Koronadal City 17. Lupogan, Lindo, Mindanao Daily Gazette, Davao City 18. Maravilla, Ernesto “Bart," Bombo Radyo, Koronadal City 19. Merisco, Rey, Periodico Ini, Koronadal City 20. Momay, Reynaldo “Bebot" Momay, Midland Review, Tacurong City 21. Montaño, Marife “Neneng," Saksi News, General Santos City 22. Morales, Rosell, News Focus, General Santos City 23. Nuñez, Victor, UNTV, General Santos City 24. Perante, Ronnie, Gold Star Daily correspondent, Koronadal City 25. Parcon, Joel, Prontiera News, Koronadal City 26. Razon, Fernando “Rani," Periodico Ini, General Santos City 27. Reblando, Alejandro “Bong," Manila Bulletin, General Santos City 28. Salaysay, Napoleon, Mindanao Gazette, Cotabato City 29. Subang, Ian, Socsargen Today, General Santos City 30. Teodoro, Andres “Andy," Central Mindanao Inquirer, Tacurong City