Actualités

18 mai 2021

Lancée le 18 mai, la plateforme de la Journalism Trust Initiative (JTI) ouvre une nouvelle ère pour la fiabilité, la transparence et la durabilité des médias

  • Reporters sans frontières (RSF) lance une nouvelle plateforme qui vise à identifier et récompenser les sources d’information dignes de confiance.
  • Les médias peuvent utiliser l’application numérique pour vérifier et rendre publique la conformité de leurs processus éditoriaux avec les meilleures pratiques.
  • Cette initiative représente une avancée radicale et innovante dans la lutte contre la désinformation.

 

L’organisation non gouvernementale internationale Reporters sans frontières (RSF) annonce aujourd’hui le lancement public de la plateforme numérique de la Journalism Trust Initiative (JTI), un outil de transparence inédit qui vise à promouvoir un journalisme digne de confiance.


L’autoévaluation, qui permet aux entités médiatiques de vérifier, d’améliorer et de faire valoir la qualité de leurs pratiques journalistiques, est au cœur de cet outil. L’objectif ? Bâtir un écosystème d’information plus sain, où il sera possible d’identifier et de promouvoir  l'information fiable, et ainsi de restaurer la confiance du grand public dans les médias.


La JTI s’appuie sur une liste de critères développés par RSF, en collaboration avec plus de 130 organisations et acteurs de l’industrie des médias, du monde universitaire, des organismes de régulation et d’autorégulation, des entreprises technologiques et du secteur du développement des médias. Le cadre de référence a été publié par le Comité européen de normalisation (CEN). La JTI est désormais disponible sous la forme d’une application internet interactive.


L’offre de la plateforme JTI comprend trois étapes. En premier lieu, l’entité médiatique est invitée à effectuer une autoévaluation via l’application internet, qui consiste en une vérification, en interne, de sa conformité avec le cadre de référence, la “norme” JTI. Ensuite, elle peut choisir de diffuser publiquement et de publier les résultats de cette autoévaluation, qui prendra la forme d’un rapport de transparence. Enfin, la dernière étape du processus consiste en un audit externe donnant lieu à une évaluation indépendante par un organisme certificateur accrédité. Après avoir complété avec succès ces trois étapes, l’entité médiatique sera certifiée et recevra un label JTI.


« Dans le chaos informationnel actuel, les fausses nouvelles, la propagande et les discours de haine ont un avantage compétitif sur le journalisme, déclare le secrétaire général de RSF Christophe Deloire. Cela entraîne des conséquences négatives à la fois pour le public, en limitant sa capacité à prendre des décisions basées sur des faits, et pour la soutenabilité du journalisme. Si nous voulons sortir de cet engrenage, nous devons inverser la tendance en encourageant le journalisme à travers un mécanisme de tiers de confiance. La JTI est une initiative qui vise à changer la donne en faisant de la conformité à des normes professionnelles un atout tangible et, au final, un gage de durabilité du journalisme. »


L’antidote à la désinformation


L’élaboration de la JTI est une réponse directe à la diffusion virale de la désinformation de ces dernières années. Selon le Baromètre 2020 d’Edelman Trust, près de 74 % des internautes se disent préoccupés par le phénomène de désinformation qui touche les réseaux sociaux, et 64 % d’entre eux se tournent vers les médias pour accéder à des informations fiables. En exposant la qualité de leur travail, non seulement les entités médiatiques répondent aux attentes du public, mais elles étendent leur portée et augmentent leurs sources de revenus. L’outil unique que leur propose la JTI leur permet d’atteindre ces objectifs, mais aussi de fournir la preuve de leur conformité avec la “norme” JTI.


« La crise de confiance à laquelle sont confrontés le journalisme et les médias est telle que toute initiative qui signale des processus éditoriaux conformes et contribue à créer de la distance entre les rédactions professionnelles et les pourvoyeurs de mauvaise information est bienvenue, ajoute le directeur l’Association mondiale des journaux WAN-IFRA, Vincent Peyrègne. Que les médias se contentent d’une simple auto-évaluation de leurs processus éditoriaux via l’application de la JTI ou optent pour une certification complète, le recours à des normes explicites contribuera à identifier les rédactions dignes de confiance. »


Responsabiliser les organisations médiatiques, rassurer les audiences


La lutte contre la désinformation suppose l’intervention du public, mais aussi des entreprises comme des annonceurs et des distributeurs, afin d’établir une distinction entre des sources fiables, de qualité, et des informations douteuses. La JTI opère cette distinction grâce à un mécanisme transparent, normatif et lisible par les algorithmes.


Le lancement de l’application numérique annoncé aujourd’hui fait suite à une phase pilote au cours de laquelle une large variété d’une cinquantaine d’entités médiatiques a testé chaque aspect de l’outil. Citons notamment CBC/Radio-Canada, France Télévisions, SWI swissinfo.ch (SRG-SSR), le groupe Schibsted, Tiempo Argentino, DER SPIEGEL, Colorado Public Radio, Economedia en Bulgarie et The Wire en Inde.


Noel Curran, le directeur général de l’Union européenne de radio-télévision (UER) a déclaré : « Il est vital que le public ait confiance en l’information et pourtant, l’essor de la désinformation révèle qu’elle risque d’être affaiblie à jamais. L’UER a tout de suite apporté son plein soutien à la JTI, et plusieurs de ses membres ont participé au processus de normalisation pour faire valoir la fiabilité et indiquer au public les sources d’information dans lesquelles il peut avoir confiance. Le fait que ces normes sont aujourd’hui accessibles aux organisations médiatiques des quatre coins du globe créera un solide contrepoids dans un monde submergé de fausses nouvelles. »


A partir d’aujourd’hui, chaque entité médiatique peut prendre part à cette initiative en se rendant sur l’outil en ligne de la JTI, désormais disponible en anglais, français et espagnol, et en créant un profil pour une autoévaluation.


Les professionnels du secteur des médias intéressés peuvent en apprendre davantage sur le processus en trois étapes de la JTI en participant à un webinaire, le 7 juin prochain. Il présentera une introduction à l'outil et un panel de pairs composé de représentants de médias ayant participé à la phase pilote, qui partageront leur expérience de l'initiative.


Cofinancée par la Commission européenne et Craig Newman Philanthropies, la Journalism Trust Initiative est une initiative interdisciplinaire à vaste portée, visant à améliorer le professionnalisme et la transparence de notre espace commun d'information et de communication.


Pour toute demande de presse ou pour s’inscrire au webinaire, veuillez contacter :



Sabina Drastikova, [email protected] 

+41767304121