Actualités

15 janvier 2021

La coalition #HoldTheLine condamne les nouvelles poursuites pénales en diffamation contre Maria Ressa et Rappler

Maria Ressa, après une audience la concernant à Manille, le 22 juillet 2020 (Maria Tan / AFP).
Aux Philippines, la fondatrice et directrice de Rappler, Maria Ressa, fait face à une nouvelle accusation de cyberdiffamation et à un mandat d’arrêt - le dixième en deux ans. Reporters sans frontières (RSF) s’associe à la coalition #HoldTheLine pour condamner ces dernières poursuites et appeler le gouvernement à mettre un terme aux pressions exercées sur Maria Ressa et Rappler.

En réaction à la nouvelle mise en accusation et au nouveau mandat d’arrêt émis le 11 janvier dernier aux Philippines, à l’encontre de la journaliste maintes fois primée Maria Ressa, le comité de pilotage de la coalition #HoldTheLine a publié la déclaration suivante :


“La coalition #HoldTheLine soutient Maria Ressa et Rappler face aux accusations de cyberdiffamation dont ils font l’objet et qui viennent s’ajouter aux mesures de harcèlement judiciaire qu’ils subissent déjà. Cette campagne d’intimidation orchestrée par l’Etat ne poursuit qu’un seul et unique objectif : réduire au silence le journalisme critique qui demande des comptes au pouvoir et dénonce la corruption.”


“L’acharnement dont fait preuve le système judiciaire philippin envers Maria Ressa et Rappler à travers ces accusations injustifiées impose de supprimer les poursuites pénales pour diffamation et de laisser le média d’information faire son travail en rendant compte de la pandémie mondiale et d’autres sujets d’intérêt général.”


Cette nouvelle accusation pénale de cyberdiffamation à l’encontre de Maria Ressa est la troisième, la dernière datant de moins de deux mois - un signe, s’il en est, de l’inquiétante tendance de l’Etat à exploiter la criminalisation de la diffamation aux Philippines.


La coalition de plus de 80 groupes et organisations, menée par le Comité de protection pour les journalistes (CPJ), le Centre international des journalistes (International Center for Journalists, ICFJ) et Reporters sans frontières (RSF), soutient Maria Ressa dans sa résolution de “tenir tête” (hold the line) à la répression et de défendre le journalisme indépendant aux Philippines.


Signez et partagez la pétition #HoldTheLine demandant au gouvernement philippin d’abandonner toutes les charges qui pèsent sur Maria Ressa et Rappler.