Actualités

28 août 2018 - Mis à jour le 4 septembre 2018

Japon: accident suspect d’un journaliste enquêtant sur les liens entre le premier ministre et la mafia

RSF appelle les autorités japonaises à faire la lumière sur la chute suspecte dont a été victime un journaliste, qui lui a valu d’être hospitalisé, tandis qu’il enquêtait sur les liens supposés entre le premier ministre et la mafia.

Shunsuke Yamaoka, 59 ans, fondateur du site d’investigation en langue japonaise Access Journal, a eu une épaule fracturée et sept points de suture après une chute suspecte dans les escaliers de la station de métro de Shinjuku à Tokyo, alors qu’il enquêtait sur de possibles liens entre le premier ministre Shinzo Abe et la mafia japonaise.


Sa chute de vingt marches, qui s’est produite le 7 août dernier, lui a valu une journée d’hôpital et plus d’un mois de convalescence. Le journaliste est convaincu que sa chute n’est pas accidentelle et évoque de précédentes lettres de menaces et une tentative d’incendie de son domicile l’an dernier. Selon lui, la police a refusé d’ouvrir une enquête, arguant du fait “qu’il n’y a pas de caméra de surveillance couvrant la zone” dans laquelle il est tombé.


“Compte tenu du sujet sur lequel travaillait le journaliste, un tell accident est forcément suspect et mérite une enquête sérieuse, ce qui n’est clairement pas le cas actuellement”, s’indigne Cédric Alviani, directeur du bureau RSF pour l’Asie de l’Est, qui appelle le commissariat de police de Shinjuku “à éplucher toutes les vidéos de surveillance de la station et de ses abords et à lancer un appel à témoins pour clarifier les circonstances de la chute” et aussi à “enquêter sur les menaces reçues précédemment par le journaliste.”


Depuis l’accession au pouvoir en 2012 du premier ministre nationaliste Shinzo Abe, les journalistes se plaignent d'un climat général de méfiance voire d’hostilité à leur égard, notamment lorsqu’ils enquêtent sur des sujets touchant au gouvernement.


Le Japon est classé 67ème sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF.