Actualités

5 juin 2019 - Mis à jour le 6 juin 2019

Hommage à Rozlana Taoukina, combattante infatigable de la liberté de la presse au Kazakhstan

Rozlana Taoukina / Facebook
C’est avec une grande tristesse que Reporters sans frontières (RSF) a appris le décès de sa correspondante Rozlana Taoukina, figure historique du combat pour la liberté de la presse au Kazakhstan.

Читать на русском / Lire en russe


Rozlana Taoukina est décédée le 26 mai 2019 à Almaty, à l’âge de 60 ans. Grande figure du journalisme au Kazakhstan, elle était aussi correspondante de RSF depuis 18 ans. Énergique et toujours enjouée, elle se sera battue toute sa vie pour la liberté de la presse.

Après avoir dirigé plusieurs rédactions, Rozlana Taoukina avait fondé au début des années 1990 certains des tout premiers médias indépendants kazakhs, la chaîne de télévision Totem et la station de radio du même nom. Leur liberté de ton, leur professionnalisme et leurs débats politiques en direct faisaient sensation dans un paysage médiatique tout juste sorti de la glaciation soviétique. Aussi n’est-il pas étonnant que ces titres figurent parmi les premiers à avoir été éliminés, dès 1996, par le pouvoir montant du président Nazarbaïev.

Loin de se déclarer vaincue, Rozlana Taoukina avait dès lors multiplié les initiatives pour soutenir les journalistes persécutés, tout en continuant à travailler pour différents médias : création de la fondation “Journalistes en danger” et d’autres associations, campagnes pour la libération de journalistes emprisonnés comme Ramazan Eserguepov et Janbolat Mamaï, organisation d’actions de protestation… Jusqu’au bout, elle aura aussi contribué de façon déterminante aux actions de plaidoyer, d’alerte et d’assistance de RSF.

“C’est une camarade au rire communicatif et au caractère bien trempé, mais aussi un pan d’histoire que nous perdons avec Rozlana Taoukina, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Son indépendance d’esprit, sa résilience et sa détermination de fer resteront pour nous une source d’inspiration : envers et contre tout, elle aura consacré sa vie à défendre la liberté de la presse et les journalistes persécutés. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.”

Le Kazakhstan occupe la 158e place sur 180 au Classement mondial 2019 de la liberté de la presse, publié par RSF.