Actualités

27 août 2018

Etats-Unis : la lanceuse d'alerte Reality Winner condamnée à 63 mois de prison

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la peine de prison de 63 mois infligée à la lanceuse d'alerte de la NSA Reality Winner. Il s'agit du plus lourd verdict jamais rendu dans un procès pour divulgation illégale d'informations confidentielles.

C’est la première fois depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir qu’un jugement est rendu au titre de l’Espionage Act, une loi qui date de la Première guerre mondiale et qui interdit la divulgation de secrets gouvernementaux aux ennemis des Etats-Unis. La lanceuse d’alerte Reality Winner a été condamnée, vendredi 23 août, à 63 mois de prison pour avoir collecté, divulgué, ou égaré des informations classées “secret défense” alors qu’elle était employée comme linguiste au sein de l’US Air Force. La jeune femme avait communiqué au site d’information en ligne The Intercept un document de la NSA démontrant des tentatives d’ingérence russe avec une entreprise d’équipements pour bureaux de vote ainsi qu’avec des fonctionnaires électoraux lors du scrutin présidentiel de 2016.

  

Devant une cour du district fédéral de Géorgie le 26 juin dernier, Reality Winner avait plaidé coupable pour “transmission non-autorisée d’une information liée à la défense nationale”. Arrêtée le 3 juin 2017, elle était depuis en détention, ses demandes de mise en liberté sous caution ayant été refusées à plusieurs reprises.

  

La condamnation scandaleuse de Reality Winner représente une menace claire pour le journalisme d’investigation, la liberté d’information et le droit de la population à être informée. Cela risque potentiellement d’avoir un effet dissuasif sur les sources des journalistes, a souligné Margaux Ewen, directrice du bureau Amérique du Nord de RSF. Nous craignons que ce jugement ne marque le début d’une politique de répression intense envers les lanceurs d’alerte. L’année dernière, le procureur général Jeff Sessions avait menacé de s’attaquer aux fuites d’informations à l’aide de sanctions fédérales sévères. La peine de prison infligée à Reality Winner prouve que ces menaces sont mises à exécution.

  

Les Etats-Unis se situent à la 45e place sur 180 pays selon le Classement mondial de la liberté de presse 2018 établi par RSF.

 

Pour plus d’informations, suivez RSF sur Twitter @RSF_inter.