Actualités

16 juin 2020

Durcissement des conditions de travail des journalistes aux Antilles néerlandaises sur fond de crise du Covid-19

Evelyn Wever-Croes, Première ministre d'Aruba (photo:Facebook).
Une journaliste du réseau audiovisuel public néerlandais est poursuivie à Aruba pour avoir violé le couvre-feu décrété contre la pandémie alors qu’elle était en reportage. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités locales à abandonner toutes les accusations qui pèsent contre elle et dénonce un durcissement des conditions de travail des journalistes.

Sharina Henriquez, une journaliste de Caribbean Network, un organe du réseau audiovisuel public néerlandais d’Aruba, dans les Antilles néerlandaises, a déposé plainte, le 4 juin, pour “arrestation injustifiée, usage injustifié de mesures coercitives, traitement injustifié en tant que suspecte, privation injustifiée de liberté et, par conséquent, atteinte à la réputation”. Alors qu’elle était en reportage, la reporter avait été interpellée le 22 mars dernier à Santa Cruz pour “violation du couvre-feu”, ce qui relève, selon elle, d'un abus de pouvoir par la police et d’atteinte à la liberté de la presse.


Agissant en vertu de la grande autonomie dont jouit cette île antillaise, le gouvernement d’Aruba a décidé d’imposer, pour lutter contre la pandémie de Covid-19, un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures du 21 mars au 31 mai - sans qu’aucune exception ne soit accordée aux journalistes en mission, avait tenu à préciser la Première ministre Evelyn Wever-Croes. Le 22 mars, Sharina Henriquez part à Santa Cruz pour couvrir les troubles suscités sur l’île par le couvre-feu. Interpellée par la police, elle se retrouve menottée et détenue au commissariat. Libérée au bout de trois heures, elle fait aujourd’hui face à des poursuites judiciaires et à une amende de 516 euros.


Les autorités d’Aruba doivent abandonner les poursuites contre Sharina Henriquez, qui n’a fait que son travail de journaliste, déclare Pavol Szalai, responsable du bureau UE/Balkans de RSF. La crise sanitaire liée au coronavirus ne doit pas être un prétexte pour entraver et compliquer encore un peu plus le travail des journalistes, qui sont déjà confrontés, aux Antilles néerlandaises, à des difficultés récurrentes.


Aruba et Curaçao faisant partie du Royaume des Pays-Bas, un membre du Conseil général de la Fédération néerlandaise des journalistes (NVJ), Wensly Francisco, appelle également le gouvernement néerlandais à “prendre un engagement fort afin de permettre et de soutenir une presse libre et indépendante”. Selon le représentant de la NVJ, “la structure autonome de gouvernement sur ces îles ne devrait pas servir de prétexte pour excuser des violations de la liberté de la presse.


A Aruba, Curaçao, ou à Saint-Martin, la crise du Covid-19 a compliqué encore un peu plus les conditions de travail des journalistes qui exercent leur métier dans un environnement de précarité, corruption et conflits d’intérêts.  Avant même son arrestation, Sharina Henriquez avait déjà été harcelée par les autorités. A la suite de la publication d’un article sur le faible état de préparation d’Aruba face à une pandémie, le gouvernement l’avait critiquée dans d’autres médias au lieu de réagir ou de publier une réponse à Caribbean Network. Sharina Henriquez a également été insultée par un fonctionnaire alors qu’elle réalisait une interview dans la rue, ce qui l’a empêchée de la mener à son terme.


A la mi-mai, à Curaçao, un autre journaliste, Rick Hart, travaillant pour Radio Hoyer 2 a également été suspendu de son poste - ce qui constitue un dernier avertissement avant un licenciement - après avoir critiqué le fait que les journalistes ne puissent poser, via un système de visioconférence avec le Premier ministre de l’île, que des questions au sujet de la presse conférence. Trois jours plus tard, la station privée, qui dépend des revenus publicitaires, a fini par s’excuser publiquement auprès de son journaliste, tandis que le gouvernement adoptait une attitude plus ouverte lors des conférences de presse, donnant ainsi raison à Rick Hart.


Les Pays-Bas, dont les territoires d’Aruba et Curaçao font partie, occupent le 5e rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.